Actualisé

Procès à Saint-GallIl assure avoir confondu les balles avant de tirer

Six hommes comparaissent depuis lundi devant la justice saint-galloise pour avoir attaqué une plantation de chanvre en 2015, à Altstätten. Deux hommes avaient été grièvement blessés.

par
ats/ofu

«On rentre et on ressort rapidement.» Tel était le plan des six hommes qui ont attaqué une vaste plantation de cannabis, en février 2015, à Altstätten (SG). Ils comptaient voler les 10'000 plants et exiger de l'argent. Mais leur coup n'avait pas fonctionné comme prévu et avait pris une tournure non-désirée: les deux gardiens qui surveillaient l'endroit avaient été grièvement blessés par balles. L'une des victimes avait failli mourir.

Les six hommes comparaissent tous depuis lundi devant la justice saint-galloise. Interrogés par le président du Tribunal d'arrondissement de Rheintal, ils ont expliqué qu'ils se connaissaient tous plus ou moins bien avant l'attaque. L'un d'entre eux avait déjà perpétré un braquage spectaculaire en 1997 à Zurich.

Rembourser des dettes et partir en vacances

Les prévenus ont précisé qu'ils savaient que la plantation était surveillée, car deux d'entre eux avaient déjà tenté de l'attaquer une première fois en décembre 2014, mais avaient été repoussés par les gardiens. Selon les accusés, l'argent empoché aurait dû servir à rembourser des dettes et partir en vacances.

Le président du tribunal n'a cessé de s'intéresser lundi à l'utilisation de l'arme. Pourquoi a-t-elle été emportée sur les lieux? Qui l'avait chargée avec quel type de munitions? Les deux premiers hommes interrogés ont assuré qu'ils pensaient que l'arme contenait des balles en caoutchouc et que c'est leur complice, ayant déjà perpétré le braquage en 1997, qui a tiré sur les gardiens.

Persuadé qu'il s'agissait de balles en caoutchouc

L'interrogatoire de cet homme de 40 ans, domicilié à Zurich, n'a finalement laissé aucun doute quant au déroulement des faits. Le quadragénaire a en effet expliqué assumer la totale responsabilité pour les deux victimes blessées. Ses complices ne sont en rien impliqués dans tout ça, a-t-il précisé en ajoutant qu'il purgera sa peine et qu'il essaiera, dans la mesure du possible, de verser un dédommagement aux gardiens.

L'homme de 40 ans a expliqué à la Cour avoir emmené l'arme pour se protéger. Il a cependant juré qu'il n'avait jamais eu l'intention de blesser qui que ce soit et qu'il était persuadé qu'elle était chargée avec des balles en caoutchouc.

Il risque 11 ans de prison

Estimant qu'il aurait été trop suspect de n'acheter que des balles en caoutchouc, il avait en effet également acheté des munitions de chasse dans un magasin d'armes. Il aurait ensuite mis toutes les balles dans un sac en plastique et aurait chargé l'arme dans le noir peu avant l'attaque de la plantation.

Il assure n'avoir utilisé que les balles blanches, convaincu qu'il s'agissait des balles en caoutchouc. Ce n'est qu'après avoir été arrêté qu'il aurait appris que tant les munitions de chasse que les autres étaient de couleur blanche. Pour finir, l'homme s'est excusé pour ce qu'il a fait. Le Ministère public a demandé pour lui une peine de prison de 11 ans.

On ignore encore combien risquent les autres prévenus et quand le verdict sera prononcé.

Sursis pour le gardien de la plantation de chanvre

Un des gardiens de la plantation de chanvre a été condamné en avril dernier à 22 mois de prison avec sursis par le tribunal d'arrondissement du Rheintal. Le Suisse de 36 ans était jugé pour avoir cultivé illégalement une plantation et monté la garde. Pour ce travail, il touchait un salaire. Mais il ne faisait pas partie des responsables qui géraient la plantation. Il a été jugé coupable d'infraction à la loi sur les stupéfiants, mais condamné à une peine avec sursis et à une amende de 1000 francs. Le tribunal a expliqué son verdict par la volonté de resocialisation et par les graves blessures qu'il a subies.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!