Attaques en Norvège: «Il aurait dû se suicider plutôt que de tuer»
Actualisé

Attaques en Norvège«Il aurait dû se suicider plutôt que de tuer»

Le père d'Anders Behring Breivik pense que son fils aurait dû se suicider.

Breivik, qui a reconnu avoir perpétré le carnage qui a fait 76 morts vendredi en Norvège, aurait dû se suicider plutôt que de tuer d'autres gens, a estimé son père dans une interview diffusée lundi par la chaîne TV2.

«Je pense que ce qu'il aurait dû finir par faire, c'était de se donner la mort plutôt que de tuer tant de personnes», a déclaré Jens Breivik, depuis le village de Cournanel, dans le sud de la France, où il passe sa retraite.

Ancien diplomate, Jens Breivik n'a plus de contacts avec son fils depuis plus d'une quinzaine d'années.

«Je n'aurai plus jamais de contacts avec lui», a affirmé Jens Breivik, interviewé de dos sur sa terrasse, avec des gendarmes postés tout autour.

Alors que la journaliste relève que ses propos sur le suicide de son fils sont très forts, il répond: «oui, ça l'est».

«Mais quand je repense à ce qui s'est passé, ça me désespère. Je ne comprends toujours pas comment quelque chose de pareil pouvait se produire. Une personne normale ne peut pas faire ça», ajoute-t-il.

«Je ressens de la honte et de la peine pour ce qui s'est produit», dit-il. «Je voudrais pouvoir faire quelque chose pour (les proches des victimes, ndlr) mais je suis ici, désemparé».

A la question de savoir s'il pense que son fils est mentalement dérangé, le septuagénaire répond: «Il doit l'être. Il n'y a pas d'autre façon pour expliquer cela».

Dans le manifeste de 1.500 pages qu'il a posté sur internet le jour du carnage, Anders Behring Breivik évoque notamment ses rapports avec sa famille.

Il y explique que ses parents ont divorcé alors qu'il n'avait qu'un an et qu'il a grandi avec sa mère.

«J'avais une bonne relation avec lui et sa nouvelle femme à l'époque (..) jusqu'à l'âge de 15 ans», dit-il, ajoutant ne plus lui avoir parlé depuis lors «parce qu'il s'est isolé».

«Il a quatre enfants mais a rompu le contact avec les quatre, c'est donc assez clair à qui incombe la faute. Je ne lui en veux pas mais certains de mes demi-frères et soeurs, si», poursuit-il.

«Le truc, c'est qu'il n'a pas le sens des relations humaines. J'ai essayé de le contacter il y a cinq ans mais il a dit qu'il n'était pas prêt mentalement à des retrouvailles pour différentes raisons, dont sa mauvaise santé», dit-il.

Anders Behring Breivik, 32 ans, a reconnu être l'auteur de l'attentat à la bombe et de la fusillade visant des jeunes qui ont fait 76 morts en Norvège vendredi.

Selon le juge qui l'a placé lundi en détention provisoire pour une période renouvelable de huit semaines, Behring Breivik a dit avoir perpétré ce massacre pour «sauver la Norvège et l'Europe de l'Ouest face, entre autres, au marxisme culturel et une invasion musulmane». (afp)

Ton opinion