Actualisé 09.06.2018 à 15:17

AllemagneIl avoue avoir violé et tué une ado

Un homme de 20 ans a été interpellé dans le Kurdistan irakien dans le cadre de l'enquête sur la mort d'une jeune fille de 14 ans.

La victime était âgée de 14 ans.

La victime était âgée de 14 ans.

Facebook

Un Irakien soupçonné du meurtre d'une adolescente en Allemagne a avoué son crime, a affirmé samedi un haut responsable de la police de la région autonome du Kurdistan irakien. Il a été arrêté vendredi dans cette région où il avait fui début juin, avant d'être formellement soupçonné par les autorités allemandes.

«Quand nous l'avons interrogé, le jeune homme originaire du Kurdistan a avoué avoir tué la jeune Allemande», a déclaré Tariq Ahmad, le chef de la police de Dohouk, dans le nord-ouest de l'Irak. Plus tard, lors d'une conférence de presse, le même responsable a dit que l'Irakien, âgé de 20 ans, avait reconnu l'avoir étranglée.

«Tous les deux étaient amis»

Arrivé en Allemagne en octobre 2015 au «pic» de la crise des réfugiés, le jeune homme est soupçonné d'avoir violé et étranglé entre le 22 et le 23 mai Susanna F., une jeune fille de 14 ans, à Wiesbaden (centre), selon la police allemande.

L'Irakien «a affirmé que tous les deux étaient amis, mais qu'ils avaient eu un différend et qu'il l'avait tuée lorsque la jeune fille l'avait menacé d'appeler la police», a déclaré samedi le général Ahmad.

Le jeune homme, dont la demande d'asile avait été rejetée en décembre 2016, avait quitté l'Allemagne le 2 juin avec toute sa famille. Il n'était pas encore soupçonné et le corps n'avait pas été découvert. Les circonstances de son départ ont soulevé des questions en Allemagne sur l'efficacité de la police.

Questions sur l'extradition

Le chef de la police de Dohouk a expliqué avoir été informé par le ministère de l'Intérieur du Kurdistan «qu'une famille était arrivée et qu'un de ses membres était suspecté de meurtre». Le jeune homme a été arrêté vendredi «à deux heures du matin dans un hôtel de Zakho», une ville de la province de Dohouk, a-t-il ajouté.

Vendredi, un haut responsable kurde irakien avait affirmé que des dispositions avaient été prises pour que le suspect soit transféré «au plus vite» en Allemagne afin d'y être jugé. Mais la question de son extradition vers l'Allemagne risque de susciter des débats, aucun accord n'existant en la matière avec l'Irak.

A la suite de la montée en puissance de l'extrême droite, Berlin a mis un sérieux tour de vis à sa politique d'accueil des demandeurs d'asile. Sur décision de la chancelière Angela Merkel, le pays s'était ouvert à plus d'un million de migrants en 2015 et 2016. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!