Nyon (VD): Il continue de nier en bloc
Actualisé

Nyon (VD)Il continue de nier en bloc

L'étau se resserre autour de l'ex-prêtre qui aurait abusé de ses deux petites-filles, malgré ses dénégations.

par
Laurent Morel

Le secret de famille empoisonne trois générations depuis de longues années. Au sommet de la pyramide, un prêtre chrétien mais non catholique (74 ans) qui aurait commis des actes d'ordre sexuel sur ses petites-filles. Au deuxième jour du procès à Nyon, la situation s'est éclaircie. Les deux enfants ont notamment souffert d'anorexie. Des maux qui seraient dus aux actes du grand-père. Celui-ci continue de nier en bloc, et parle d'une «mauvaise interprétation», selon l'aînée des petites-filles.

«Nous allions chez lui après le culte, a expliqué l'étudiante en psychologie. Nous étions habillées avec une robe ou une jupe. Là, mon grand-père effectuait des attouchements sur mon entrejambe.» Ces gestes seront répétés notamment lors de jeux entre la fillette et son aïeul, ainsi que sur les bancs de l'église, pendant plusieurs années depuis ses 6 ans.

Plus tard, les actes commis auraient été plus graves. «A 12 ans, après l'école, mon grand-père baissait son pantalon. Il posait ma main sur son sexe et demandait que je le masturbe», poursuit la femme de 23 ans, avec dignité. Les mots arrachent quelques larmes à l'homme d'Eglise, plus souvent nerveux que dépité. La petite sœur, elle, fondra en larmes à plusieurs reprises.

Avocat du prévenu, Me Jacques Barillon s'est de nouveau fendu de déclarations virulentes. Morceaux choisis: «C'est une imposture judiciaire. On veut condamner quelqu'un sans preuve. Je pense qu'il n'y a pas un mot de vrai dans ce que disent les petites-filles.» Sa demande de nouvelle expertise de crédibilité a toutefois été rejetée. Le jugement est attendu en fin de semaine.

Ton opinion