Proche-Orient: Il découvre un cimetière antique dans son jardin
Actualisé

Proche-OrientIl découvre un cimetière antique dans son jardin

Un Palestinien a fait une étonnante découverte. Neuf tombes datant de l'époque romaine étaient enfouies dans son terrain.

Abdel Karim al-Kafarnah a eu le choc de sa vie. Cette semaine, il a découvert par hasard dans son jardin un cimetière qui pourrait dater de l'époque romaine.

Cet homme de 24 ans vit à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, un secteur ravagé lors de la guerre de l'été 2014 menée par l'Etat hébreu. La maison familiale a été détruite lors de ce conflit, laissant de larges cratères dans le jardin.

Cette semaine, alors que de fortes pluies s'abattaient sur la région, il a remarqué que de l'eau s'écoulait vers un des trous. Il a alors examiné l'endroit de plus près. En bougeant une large pierre, il a découvert des marches menant quatre mètres plus bas à un cimetière.

«J'ai découvert l'endroit où l'eau s'écoulait», a-t-il dit à l'AFP. «Lorsque j'ai soulevé la pierre, une (...) forte odeur s'est répandue», a-t-il poursuivi.

En descendant, il a vu neuf tombes, avec un amas d'os dans certaines d'entre elles. Il a également trouvé des poteries et même une lanterne.

Epoque romaine

Un archéologue de Gaza, Ayman Hassouna, estime que cette trouvaille pourrait remonter à l'époque romaine, il y a 2000 ans. «La méthode utilisée pour la sépulture et pour creuser les tombes dans ce cimetière date de l'époque romaine ou du début de la période byzantine» (du 5e au 7e siècle après JC), précise-t-il.

Jodi Magness, une archéologue de l'université américaine de la Caroline du Nord, affirme que ce genre de tombe était relativement commun dans les environs de Jérusalem entre le premier siècle avant et après notre ère et ensuite entre 300 et 500 après JC.

La bande de Gaza, le reste des territoires palestiniens et Israël regorgent de richesses historiques considérables. Ces territoires sont passés sous le contrôle des Romains, de l'Empire byzantin, des Croisés venus d'Europe, des Mamelouk et des Ottomans. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion