Il devient dur pour le caviar de pénétrer en Suisse
Actualisé

Il devient dur pour le caviar de pénétrer en Suisse

La Suisse resserre les mailles du filet contre le commerce illégal de caviar: les voyageurs ne pourront transporter uniquement des petites quantités.

Les esturgeons et leurs oeufs, le caviar, ne peuvent être importés en Suisse que si le pays d'origine et les autorités helvétiques ont accordé les permis nécessaires, rappelle lundi l'Office vétérinaire fédéral (OVF). Ces permis servent à limiter la production de caviar, de manière à ne pas mettre en péril la survie des espèces.

L'obligation de se procurer un permis est applicable tant aux particuliers qu'aux entreprises. La limite pour les particuliers sans permis a par ailleurs été abaissée. Elle passe de 250 à 150 grammes.

Les autorités fédérales expliquent qu'il faut donner un tour de vis. Une grande partie de la production de caviar, en provenance surtout de la mer Caspienne, est encore d'origine illégale. Selon des estimations, 80% à 90% de la production mondiale se fait de manière illégale.

A la fin des années 90, la Suisse était un important pays de transit du caviar, avec plus de 60 tonnes importées par an, précise l'OVF. Ces quantités, généralement réexportées, représentaient l'équivalent des importations des Etats-Unis. En raison des contrôles sévères mis en place, la Suisse n'est plus attractive pour le commerce de caviar. Aujourd'hui, les importations ne sont plus que de cinq tonnes par an. (ap)

Ton opinion