Vaud – Il devra suivre un traitement psy après un week-end infernal
Publié

VaudIl devra suivre un traitement psy après un week-end infernal

Un jeune homme a fait vivre l’enfer à sa maman, à coup de menaces, d’insultes et de séquestration. Déclaré irresponsable, il suivra un traitement psychiatrique.

par
Pauline Rumpf
Getty Images/iStockphoto

Alors qu’il n’avait pas tout à fait 19 ans, cet hiver, Dylan* a fait vivre un week-end infernal à sa mère, pour lequel il comparaissait mercredi au Tribunal d’arrondissement du Nord vaudois. Souffrant de problèmes psychiques, Dylan avait empêché sa génitrice de sortir de chez elle, hormis pour un bref rendez-vous médical. Il l’avait également menacée avec un couteau de cuisine et avec ses poings, sans toutefois jamais la toucher. Insultes et crachats avaient également fusé, et des objets ainsi qu’une porte avaient recueilli la colère du jeune homme.

Dylan, lui, dit ne garder aucun souvenir de ces faits, mais n’exclut pas qu’ils se soient produits. Depuis lors, il a été placé en détention et vit désormais dans un foyer, dans lequel il se reconstruit peu à peu. Il a été estimé irresponsable au moment des faits par les experts psychiatriques qui l’ont entendu, car il était selon eux en pleine décompensation.

Un équilibre délicat

Le rôle du Président, ce mercredi, était donc de trouver un bon équilibre dans les mesures à ordonner, afin que soit garantie la sécurité des gens autour de Dylan à l’avenir, tout en œuvrant à sa réinsertion dans une vie sociale et professionnelle la plus normale possible. C’est donc un traitement ambulatoire, psychiatrique et médicamenteux, qui a été ordonné. Il comprendra, selon la suggestion des experts, un focus sur la consommation de cannabis qui, si elle reprenait, constituerait un fort risque de récidive. «A ce jour, Dylan est totalement abstinent de drogues et d’alcool, participe aux tâches du foyer, et se montre motivé à stabiliser sa situation, a expliqué l’assistant social qui l’accompagnait. Une insertion dans l’économie libre est une étape envisageable.»

Malgré les événements qui ont touché la mère de Dylan, pour lesquels elle n’a pas porté plainte, elle et son fils gardent de bons contacts réguliers. L’interdiction de s’approcher de son domicile sera levée rapidement, notamment «pour que Dylan puisse rendre visite à son chat». Encadré par les éducateurs, le jeune homme recommence à pouvoir voir des amis, et entrevoit, peu à peu, un début de vie normale qui se dessine.

Ton opinion