Zurich: Il dilapide des millions au casino et personne ne l’arrête
Publié

ZurichIl dilapide des millions au casino et personne ne l’arrête

En deux nuits, un Britannique de 31 ans a perdu de très grosses sommes d’argent au casino de Zurich. La Commission fédérale des maisons de jeu ne s’estime pas responsable.

par
ofu
Henri Cammiade est un habitué des maisons de jeu. 

Henri Cammiade est un habitué des maisons de jeu.

www.f6s.com

Henri Cammiade accuse le casino de Zurich d’avoir violé son obligation de diligence. Le Britannique de 31 ans a perdu plusieurs millions de francs en deux nuits, l’an dernier. C’est ce qu’a rapporté dimanche la NZZ am Sonntag. Après avoir dilapidé une grosse somme d’argent en janvier 2019, le Britannique a voulu retenter sa chance en août de la même année. Mais les astres n’étaient toujours pas de son côté: selon le dominical, il a perdu 1,5 million de francs ce soir-là.

Quelque temps plus tard, le jeune homme a signalé l’affaire à la Commission fédérale des maisons de jeu (CFMJ). Il reproche au casino de ne pas l’avoir empêché de jouer alors qu’il était entré dans un état de transe. Le casino aurait ainsi organisé, en janvier, plusieurs allers-retours en Mercedes entre la maison de jeu et son appartement de Zurich pour qu’il puisse aller chercher de l’argent supplémentaire. Selon lui, il aurait aussi demandé en milieu de soirée à un employé du casino de ne plus le laisser jouer afin de limiter ses pertes. Sans succès. Pour finir, il reproche au casino de ne l’avoir bloqué qu’en août, soit seulement après sa deuxième grande soirée de perte.

Contactée par le journal, la CFMJ ne veut pas se pencher sur son cas. Elle assure n’avoir détecté aucun comportement fautif de la part du casino. Selon elle, il s’agit ici d’un litige privé: «Cette affaire doit être réglée au niveau du droit civil.»

La maison de jeu, elle, affirme uniquement qu’elle ne «commente pas les visites et le comportement de ses clients». Le casino de Zurich précise néanmoins: «La loi nous oblige à protéger les joueurs. Nous prenons cette thématique très au sérieux.»

Ton opinion