Brexit: Il doit être déclenché «le plus vite possible»
Actualisé

BrexitIl doit être déclenché «le plus vite possible»

Le président français François Hollande et le Premier ministre irlandais Enda Kenny poussent Londres à agir.

1 / 150
Le président du Conseil européen Donald Tusk s'exprime lors de son arrivée au Sommet Européen spécialement dédié au Brexit à Bruxelles. (Samedi 29 avril 2017)

Le président du Conseil européen Donald Tusk s'exprime lors de son arrivée au Sommet Européen spécialement dédié au Brexit à Bruxelles. (Samedi 29 avril 2017)

Keystone
Nicola Sturgeon rédige une lettre à la Première ministre britannique dans laquelle elle souligne que «le peuple écossais doit avoir le droit de choisir son propre avenir». (Jeudi 30 mars 2017)

Nicola Sturgeon rédige une lettre à la Première ministre britannique dans laquelle elle souligne que «le peuple écossais doit avoir le droit de choisir son propre avenir». (Jeudi 30 mars 2017)

AFP
Donald Tusk a expliqué que la «relation future» avec le Royaume-Uni ne se fera uniquement quand des «progrès suffisants» auront été faits sur l'accord réglant le divorce. (31 mars 2017)

Donald Tusk a expliqué que la «relation future» avec le Royaume-Uni ne se fera uniquement quand des «progrès suffisants» auront été faits sur l'accord réglant le divorce. (31 mars 2017)

AFP

Londres doit notifier «le plus rapidement possible» son intention de se retirer de l'Union européenne, ont convenu jeudi le président français François Hollande et le Premier ministre irlandais Enda Kenny.

Selon un communiqué commun publié à l'issue d'une rencontre à Dublin, les deux dirigeants ont souhaité que «l'intention du Royaume-Uni de se retirer de l'Union soit notifiée le plus rapidement possible, de manière à permettre d'engager les négociations de manière ordonnée».

Le Royaume-Uni ne pourra bénéficier d'un accès au marché unique après le Brexit s'il ne respecte pas les principes de libre circulation des personnes, a souligné jeudi le président français François Hollande, en visite à Dublin.

«Il ne pourra pas y avoir pour le Royaume-Uni d'accès au marché intérieur si les principes de libre circulation ne sont pas respectés», a déclaré M. Hollande à l'issue d'un entretien avec le Premier ministre irlandais Enda Kenny. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion