Nyon (VD): Il écope de la prison, puis s'évanouit dans la nature
Actualisé

Nyon (VD)Il écope de la prison, puis s'évanouit dans la nature

Le ferrailleur, absent lundi lors du verdict, est introuvable. Pour l'heure, il reste libre de ses mouvements.

par
Caroline Gebhard
photo: Kein Anbieter

«Il est parti depuis dimanche et je ne l'ai pas revu.» Le père du ferrailleur de 43 ans condamné à 9 mois de prison ferme auxquels s'ajoutent les 15 mois d'un précédent sursis qui a été révoqué assure ignorer où se trouve son fils. Celui-ci ne s'est pas présenté à la lecture de son jugement, lundi au Tribunal de Nyon. Me Pierre Ventura, son avocat, ne se doutait pas que son client ferait défaut.

Ce d'autant qu'il s'était présenté devant la Cour, la semaine précédente, pour répondre de multiples délits, dont des menaces envers des fonctionnaires. Depuis le verdict, son défenseur a eu des nouvelles par téléphone: «Il n'a pas pu venir en raison de problèmes médicaux. Il souffre de diabète, ce qui engendre des paralysies momentanées.»

Procureur chargé de l'affaire, Jean-Marie Ruede indique avoir été le «premier étonné» de ne pas voir l'accusé au tribunal lundi. Une absence qui ne change toutefois rien à la sanction infligée au ferrailleur. Le Ministère public n'ayant pas demandé son incarcération immédiate, il n'était pas prévu qu'il soit emprisonné dès la fin de l'audience.

Tant que le jugement n'est pas définitif et exécutoire, il reste libre de ses mouvements. Le condamné a même le droit de passer la frontière pour aller en France, là où certains supputent qu'il s'est réfugié. Et il pourrait bien continuer à se balader encore quelque temps, dans la mesure où son avocat envisage de faire appel de la condamnation.

Ton opinion