Actualisé

ItalieIl écrit une lettre par jour à son enfant qui n'est plus là

Après le décès de son fils de 10 ans en août dernier, un père a trouvé un moyen de surmonter sa tristesse: il rédige des missives à son petit et les publie chaque jour sur un blog et une page Facebook.

par
dro
1 / 20
Jacopo et son papa, lors de leurs voyages en caravane à la mer.

Jacopo et son papa, lors de leurs voyages en caravane à la mer.

Capture d'écran.
Le papa de Jacopo a crée ce blog pour lui envoyer chaque jour une nouvelle lettre, lue par 500'000 personnes quotidiennement.

Le papa de Jacopo a crée ce blog pour lui envoyer chaque jour une nouvelle lettre, lue par 500'000 personnes quotidiennement.

Capture d'écran.
Capture d'écran de la lettre 122.

Capture d'écran de la lettre 122.

«Je veux transformer ma douleur en amour»: avec ces mots, un papa malheureux après la disparition de son enfant de 10 ans en août dernier a accepté d'évoquer sa propre thérapie au «Corriere della Sera», pour ne jamais oublier.

A la fin, cette histoire de mort, une mort atroce et injuste, comme toutes les morts d'enfants, est devenue une histoire de vie. Et c'est bien ce que cherche ce père. En écrivant, il passe par toutes sortes d'émotions: il rit, il doute, il pleure, il se souvient. Il raconte, il s'interroge, il trouve des réponses. Parfois. Parfois pas.

«Pour me sentir près de lui»

«J'ai commencé à écrire au lendemain de sa disparition», raconte le papa de Jacopo, dit «Papo», décédé le 24 août d'une pathologie cardiaque. «Je lui écris pour me sentir tout près de lui. Je lui raconte ce qu'il se passe à la maison depuis son départ. Ces lettres sont devenues un rendez-vous quotidien auquel je ne peux plus renoncer, un fil invisible qui nous lie.»

Un fil qui lie désormais ce père et son fils à plus de 600'000 personnes, dont 500'000 lisent chaque jour la nouvelle lettre proposée par le papa sur son blog et une page Facebook ouverte spécialement pour l'occasion, sous l'insistance des lecteurs. Sur le blog, on trouve notamment un onglet avec des chansons écrites et chantées par «Papo» qui, selon son père, avait l'âme d'un rocker.

«Le ciel nous est tombé sur la tête»

Dans sa première lettre du 25 août intitulée «Cela ne devrait arriver à personne», le papa s'excuse car «aujourd'hui je n'ai pas de beaux souvenirs de 'Papo' et je dois exprimer toute la douleur et la rage qui sont en train de me dévorer». Le récit continue: dix-huit ans d'amour avec sa femme, puis l'arrivée du petit 'Papo' suivie de celle de sa petite soeur, les voyages en caravane, avec le chien. Et l'explication de la naissance en arrêt cardiaque avant l'intervention des médecins, qui rassurent la famille.

A trois ans, la sentence est terrible: les médecins diagnostiquent une cardiomyopathie hypertrophique. «De retour à la maison, nous avons allumé l'ordinateur pour nous renseigner. Et puis, le ciel nous est tombé sur la tête», se souvient le papa. Les médicaments, administrés trois fois par jour comme un jeu, aideront le petit à survivre, mais pas assez pour lui sauver la vie.

Appel massif à publier un livre

Nous en sommes à la lettre 122 depuis la disparition du petit. Des missives contagieuses, à tel point que sur la page Facebook, des lecteurs du monde entier, mais également des people italiens, publient depuis plusieurs semaines des photos d'eux avec le hashtag #Felltrinelli et #lovebombing, appelant l'éditeur italien à publier gratuitement les lettres de ce papa dans un livre.

Papo a vaincu la mort!

Vite, très vite, le plus vite possible même, le père continue d'écrire, de proposer des idées (chansons, spectacle, comédie musicale en souvenir de son fils) pour ne pas s'arrêter. Car ralentir lui ferait probablement sentir ce vide, cette douleur dont il ne veut pas entendre parler. «Tout un tas de choses que je fais pour transformer la douleur en amour, résume-t-il. 'Papo' a vaincu la mort car il génère de la vie à travers l'amour que nous ressentons à travers l'écriture, le souvenir qu'elle évoque, et l'affection que les gens nous envoient quotidiennement.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!