Grande-Bretagne: Il est allergique à sa femme!
Actualisé

Grande-BretagneIl est allergique à sa femme!

Certaines personnes sont allergiques au pollen, aux acariens, aux poils de chats, etc. Mais un Anglais souffre d'une sensibilité pour le moins inhabituelle. Il est allergique à son épouse… ou presque!

par
atk

Darren Young, un Anglais de 45 ans, souffre à tel point, qu'il lui suffit d'effleurer ou d'embrasser sa douce moitié pour que son rythme cardiaque s'accélère dangereusement.

Jusque là rien de bien méchant, ce n'est qu'une grande preuve d'amour, direz-vous. Mais il en est tout autrement en réalité. Après quelques minutes l'état de santé de M.Young empire. Son corps se met à gonfler et commence à se couvrir de pustules irritants en mettant en danger sa vie.

En réalité Darren n'est pas allergique à son épouse. Il fait partie d'un nombre très restreint de personnes souffrant d'hypersensibilité au polyéthylène glycol, une substance quasiment omniprésente dans les crèmes et les lotions, y compris celles utilisées par Sue, son épouse.

Depuis la découverte de son allergie lors d'une opération chirurgicale aux pieds, et pendant laquelle son cœur s'est arrêté de battre deux fois, la vie de cet habitant de Sprotbrough en Angleterre s'est transformée en cauchemar.

Darren ne peut plus approcher son épouse. Et même si, en essayant de sauver son mariage au dépend de son hygiène personnelle, sa femme a fait des efforts, les problèmes de l'Anglais sortent du cercle familial.

Il arrive parfois que Monsieur Young soit entièrement recouvert de pustules et se sente étouffer en plein restaurant. Ceci arrive s'il s'assied sur une place précédemment occupée par une cliente ayant utilisé une crème avec le composant chimique dont il est allergique.

Mais, si ce problème est évidemment gênant pour sa vie de couple, cet Anglais arrive à garder un sens de l'humour bien britannique. «Maintenant, au moment de se coucher, Sue n'a plus besoin de me dire qu'elle a mal au crâne. Elle n'a qu'à me dire qu'elle a mis de la crème», a-t-il raconté au Sun.

Ton opinion