Pays-Bas: «Il est question d'un homme confus»
Actualisé

Pays-Bas«Il est question d'un homme confus»

L'homme qui a menacé des agents de la police militaire à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol est «confus».

L'aéroport Amsterdam-Schiphol ce 16 décembre 2017, au lendemain des faits.

L'aéroport Amsterdam-Schiphol ce 16 décembre 2017, au lendemain des faits.

Keystone

L'individu qui a menacé des agents de la police militaire néerlandaise à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol est «un homme confus», a affirmé samedi un porte-parole. Il a précisé qu'il ne s'agissait pas d'une attaque terroriste

Des agents ont tiré vendredi après-midi sur un homme qui les a menacés avec un couteau après être entré dans leur bureau situé au coeur du Schiphol Plaza, vaste hall d'entrée de l'aéroport et centre commercial où passent des milliers de personnes chaque jour.

Touché à la jambe, cet habitant de La Haye de 29 ans a été «maîtrisé, interpellé et évacué» avant d'être emmené en ambulance à l'hôpital d'Amsterdam, où il se trouve toujours, a précisé Komba Steven.

Son mobile reste inconnu mais l'individu est connu de la police militaire en lien avec de précédents incidents à Schiphol, avait-elle fait savoir vendredi.

Brièvement évacué

L'incident a provoqué la panique à Schiphol Plaza, qui a été brièvement évacué «jusqu'à ce qu'il ait été établi que l'homme avait agi seul», avait-elle ajouté dans un communiqué. Un périmètre a été dressé autour du bureau de police pour les besoins de l'enquête toujours en cours.

«Une fois l'enquête bouclée, le procureur en sera informé et il décidera de ce qu'il va se passer avec» ce dossier, a expliqué Komba Steven. Une autre enquête, sur les tirs effectués par la police, est par ailleurs en cours auprès de la Rijksrecherche, la police des polices, comme le veut la procédure.

Les Pays-Bas ont été jusqu'à présent épargnés par la vague d'attentats djihadistes qui a frappé l'Europe ces dernières années.

L'aéroport de Schiphol, une des plus importantes plaques tournantes du trafic aérien en Europe, avait été évacué en avril 2016, trois semaines après les attentats suicides du métro et de l'aéroport de Bruxelles, à cause d'un Polonais ivre qui avait faussement assuré détenir une bombe. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion