Suisse: Il est temps de créer un Département fédéral de la digitalisation
Publié

SuisseIl est temps de créer un Département fédéral de la digitalisation

La crise sanitaire a révélé les faiblesses de la Suisse en matière numérique. Après le scandale autour du carnet de vaccination électronique Mesvaccins.ch, politiciens et entrepreneurs demandent dans la presse dominicale alémanique une plus grande implication de l'État.

La Suisse est à la traîne en matière de digitalisation.

La Suisse est à la traîne en matière de digitalisation.

20min/Matthias Spicher

L’application SwissCovid a disparu dans l’indifférence. Deux informaticiens ont pu pirater sans trop d'efforts le carnet de vaccination électronique Mesvaccins.ch. La crise sanitaire expose sans relâche les faiblesses de la Suisse en matière de digitalisation, écrit la «SonntagsZeitung».

L'année dernière, notre pays a été évincé du top 5 des pays à la meilleure compétitivité numérique par Hong Kong, selon un rapport de l’IMD, l’institut de management basé à Lausanne. Ce dernier explique que la faiblesse de la Suisse réside dans la technologie et la pénurie de main-d'œuvre qualifiée. La productivité dans le développement de projets numériques a diminué. Il y aura également une pénurie de professionnels formés aux technologies de l'information et de la communication d'ici 2026.

Politiciens et entrepreneurs appellent maintenant à une réaction. «Il faut créer des organes consultatifs numériques et acquérir le savoir-faire manquant», déclare Marcel Dobler, cofondateur de Digitec et conseiller national PLR saint-gallois. Il appelle la Confédération à créer un Département fédéral de la digitalisation. Il devrait être situé à la Chancellerie fédérale afin de servir d'interface au sein de l'administration fédérale.

La critique vient aussi de jeunes entrepreneurs, comme Matthias Frieden de la plateforme en ligne Aroov.ch, qui met en réseau les locataires et les propriétaires. Ce dernier se plaint du fait que l’économie numérique n’est pas assez écoutée par l'État. Les politiciens et les autorités devraient mieux répondre aux besoins des start-ups, selon lui.

(Newsdesk)

Ton opinion

59 commentaires