Berne: Il fait plier Migros qui retire ses vibromasseurs
Publié

BerneIl fait plier Migros qui retire ses vibromasseurs

Un patron de sex-shop a découvert que Migros proposait toujours des vibromasseurs dans son rayon pharmacie. Il s’est plaint et le distributeur les a retirés.

par
rc/jbm
Michel Abbeg, patron de sex-shop, n’a pas apprécié que Migros vende certains articles qu’il a l’interdiction de proposer.

Michel Abbeg, patron de sex-shop, n’a pas apprécié que Migros vende certains articles qu’il a l’interdiction de proposer.

20 Minuten

Depuis la fermeture des commerces non essentiels en Suisse, le 18 janvier, l’assortiment de certains magasins a été réduit. Ainsi, un patron de sex-shop situé dans la vieille ville de Berne n’est autorisé à vendre que des préservatifs et des lubrifiants. Mais pas de gadgets sexuels. Lorsqu’un client lui a dit que Migros vendait encore des vibromasseurs dans son rayon pharmacie, il a vu rouge. Il est allé vérifier lui-même et, renseignement pris auprès d’un responsable, on lui a dit que les jouets sexuels ne figuraient pas dans la liste des objets interdits à la vente actuellement.

Il s’est alors tourné vers les autorités qui lui ont confirmé que Migros Aare avait tort. Dans la Berner Zeitung, le distributeur explique que la vente ou non de vibromasseurs n’avait pas posé de problème jusqu’alors. Le patron du sex-shop a donc appelé la police et, un jour plus tard, les gadgets avaient disparu des rayons de la Migros.

Ton opinion