Attaque au Bolchoï: «Il faudrait être fou pour avoir fait ça»
Actualisé

Attaque au Bolchoï«Il faudrait être fou pour avoir fait ça»

L'annonce qu'un danseur étoile aurait agressé le directeur artistique du Bolchoï, en janvier, fait bruisser le milieu.

La troupe du Bolchoï était sous le choc mercredi, après l'annonce selon laquelle un danseur avait avoué être le commanditaire de l'attaque à l'acide en janvier contre le directeur artistique du théâtre, Sergueï Filine, mais certains avaient du mal à croire à la version officielle.

«Personne parmi mes amis ne peut croire à la culpabilité de Pavel Dmitritchenko. Il faudrait être fou pour avoir fait ça. Il avait tout pour lui. Bien sûr, on ne peut pas savoir ce qui se passe dans la tête des gens, mais cette histoire est difficile à croire», assure sous couvert de l'anonymat, entre deux répétitions au Bolchoï, Sacha, une danseuse interrogée par l'AFP.

«Pavel est un macho»

La police russe a annoncé qu'un soliste du Bolchoï, Pavel Dmitritchenko, avait avoué être le commanditaire de l'attaque contre Sergueï Filine. Ses deux complices, l'auteur de l'attaque et un chauffeur, auraient également reconnu les faits.

«Pavel est un macho au caractère très affirmé, qui fait du kickboxing et peut être rude à l'occasion, mais il fait les choses en face. S'il avait eu un conflit à régler avec Filine, il aurait été directement lui casser la figure», poursuit Sacha qui connaît Pavel et a fait une partie de ses études de danse avec lui.

La thèse avancée par la presse russe, selon laquelle Pavel Dmitritchenko a voulu punir Sergueï Filine qui avait refusé le premier rôle dans le Lac des Cygnes à sa compagne, la danseuse Angelina Vorontsova, ne convainc pas tout le monde.

«Cette thèse n'est pas crédible. Ce n'est pas un mobile assez sérieux!», assure Sacha, qui relève cependant que la pratique de l'attribution des rôles au Bolchoï - une des prérogatives de Sergueï Filine - fait souvent grincer des dents.

«Certaines nominations se font sur la base des relations ou contre de l'argent, c'est ce que disent beaucoup de danseurs au Bolchoï qui expliquent ainsi que certains solistes actuels, hommes ou femmes, n'ont pas les qualités pour», ajoute Sacha. Un autre membre de la troupe du Bolchoï, Andreï, qui lui aussi a requis l'anonymat, relève que les rumeurs les plus variées ont circulé au théâtre sur l'attaque au vitriol contre Filine.

Une femme dans l'affaire?

Certains ont parlé d'une action incontrôlée d'admirateurs du danseur Nicolas Tsiskaridze, en conflit ouvert avec Sergueï Filine, d'autres de la vengeance d'un homme dont la compagne danseuse au Bolchoï aurait été trop proche de Filine.

«Actuellement, l'atmosphère est empoisonnée au Bolchoï. Bien sûr, les égos sont très développés, surtout chez les solistes et surtout chez les femmes, mais la troupe n'arrive pas à comprendre comment une chose aussi horrible a pu se produire dans le monde du ballet», poursuit Sacha.

Mardi soir, alors que Pavel Dmitritchenko avait déjà été arrêté, sa compagne Angelina Vorontsova a participé à une répétition du ballet «Les Joyaux», les larmes aux yeux et l'air profondément abattue, selon un danseur qui se trouvait à ses côtés. (afp)

Ton opinion