Berne: Il faut «éradiquer le sida d'ici 2030»
Actualisé

BerneIl faut «éradiquer le sida d'ici 2030»

Éradiquer le sida d'ici 2030 «est désormais possible», a déclaré le président de la Confédération jeudi soir à New York lors d'un événement coorganisé par la Suisse et le Ghana.

«Nous connaissons l'épidémie du sida. Nous savons comment prévenir les infections du VIH. Nous savons comment traiter la maladie», a affirmé M. Burkhalter. Et pourtant, le sida reste la principale cause de mortalité dans le monde chez les jeunes femmes, a-t-il relevé.

Le ministre suisse des affaires étrangères a déploré que chaque minute, une femme contracte le VIH dans le monde. «La jeunesse est l'avenir du monde; les jeunes femmes sont les mères de cet avenir», a-t-il averti.

Violences faites aux femmes

La solution, souligne-t-il, passe notamment par la lutte contre les violences faites aux femmes, en particulier «dans les contextes de guerre», qui sont un vecteur central du virus.

«La seule voie possible pour atteindre notre but est celle d'une approche intégrée», note M. Burkhalter. Il propose aux Etats de fixer des objectifs dans les domaines de l'éducation, de l'égalité des sexes, de l'alimentation et de la sécurité sociale.

Le plan d'action doit également être axé sur une prévention active et efficace. Les jeunes, «en particulier, doivent avoir accès à l'information».

Pour le Neuchâtelois, une «génération sans sida» est possible. Il est de la responsabilité de la communauté internationale d'en faire une réalité. (ats)

Mieux diagnostiquer le VIH

Roche a lancé un nouveau programme, en coopération avec des organisations internationales, pour élargir l'accès aux tests de dépistage du VIH. Le géant pharmaceutique bâlois s'est engagé à fournir l'un de ses tests à un tarif spécial pour certaines organisations qualifiées dans certains pays. L'accès au au test «COBAS AmpliPrep/COBAS TaqMan HIV-1 Qualitative Test, Version 2» sera facilité pour ces acteurs, a indiqué Roche vendredi.

Le partenariat a été conclu en marge de l'assemblée générale de l'ONU à New York avec Onusida, la Clinton Health Initiative, le Plan d'aide d'urgence américain pour la lutte contre le sida (Pepfar) et le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Le programme s'inscrit dans le cadre de l'initiative d'accès au diagnostic, lancée fin juillet à Melbourne en Australie, pour accroître les capacités des laboratoires afin que les personnes souffrant du VIH puissent bénéficier de soins efficaces et de qualité.

Ton opinion