Suisse: Il faut geler la restructuration de CFF Cargo
Actualisé

SuisseIl faut geler la restructuration de CFF Cargo

Près de la moitié des conseillers nationaux réclament un temps d'arrêt à la restructuration de CFF Cargo. Une nouvelle stratégie doit être définie au préalable

La motion de Philipp Hadorn (PS/SO) visant à suspendre la restructuration de CFF Cargo a été soutenue par 91 conseillers nationaux de tout bord.

La motion de Philipp Hadorn (PS/SO) visant à suspendre la restructuration de CFF Cargo a été soutenue par 91 conseillers nationaux de tout bord.

Keystone

CFF Cargo ne doit pas être restructurée à vitesse grand V. Tel est le message destiné au Conseil fédéral par près de la moitié des conseillers nationaux . Il faut, disent-ils, définir une nouvelle stratégie. Le Conseil fédéral ne veut toutefois pas intervenir.

Dans le secteur d'activité suisse, CFF Cargo a réalisé en 2017 un résultat opérationnel négatif de 37 millions de francs, rappelle le gouvernement dans sa réponse publiée jeudi à une motion de Philipp Hadorn (PS/SO) soutenue par 91 conseillers nationaux de tout bord. Vu la situation insatisfaisante, il est normal que les CFF et CFF Cargo prennent des mesures afin d'améliorer les résultats.

Un arrêt du programme d'assainissement et de développement détériorerait davantage la situation financière de CFF Cargo, inquiéterait les clients et rendrait encore plus difficile la recherche de partenaires prévue. Le Conseil fédéral invoque même un risque de surendettement si le programme adopté par le conseil d'administration des CFF n'est pas réalisé.

750 emplois en moins

CFF Cargo prévoit de supprimer jusqu'à 750 des 2115 emplois de l'entreprise et entre 75 et 100 de ses 344 points de desserte, précise le motionaire. En prenant des décisions dont la mise en oeuvre s'étendra jusqu'en 2023, la direction des CFF bafoue la volonté du propriétaire et du Parlement, s'insurge-t-il.

Le Conseil fédéral et les commissions parlementaires compétentes veulent en effet conserver CFF Cargo dans le giron des CFF, mais associer des tiers externes à la direction stratégique de l'entreprise de fret. Il faut donc suspendre les réformes susceptibles d'entraîner des implications stratégiques.

Cette pause donnera à un conseil d'administration placé sous une direction nouvelle le temps d'engager une réflexion stratégique, et permettra à des salariés déstabilisés par les restructurations mises en oeuvre depuis plusieurs années de souffler et de renouer avec la productivité, fait valoir M.Hadorn. Les exigences du propriétaire ne se résument pas uniquement à des objectifs financiers. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion