La colère d'un ami de Nordahl L.: «Il faut qu'il paie. Il doit être fou, il doit être taré»
Actualisé

La colère d'un ami de Nordahl L.«Il faut qu'il paie. Il doit être fou, il doit être taré»

En septembre, un copain d'enfance défendait bec et ongles le principal suspect. Aujourd'hui, il crie son écoeurement et émet une hypothèse glaçante.

par
joc
1 / 54
27.08.2019 Selon «Le Parisien», Nordahl L. a confié à un codétenu avoir violé puis frappé à mort la petite Maëlys, en août 2017.

27.08.2019 Selon «Le Parisien», Nordahl L. a confié à un codétenu avoir violé puis frappé à mort la petite Maëlys, en août 2017.

04.06.19 Victime de menaces et de violences, la famille de Nordahl L. envisage de changer de nom.

04.06.19 Victime de menaces et de violences, la famille de Nordahl L. envisage de changer de nom.

24.05.19 Cette photo, qui selon toute vraisemblance montre Nordahl L., a été prise en 2012 dans le club qu'a fréquenté Thomas Rauschkolb le soir de sa mort, le 27 décembre 2015.

24.05.19 Cette photo, qui selon toute vraisemblance montre Nordahl L., a été prise en 2012 dans le club qu'a fréquenté Thomas Rauschkolb le soir de sa mort, le 27 décembre 2015.

Facebook

«Il n'est pas capable d'une chose pareille. Je n'y crois pas, ce n'est pas Nordahl. Il ne peut pas faire de mal à une enfant.» En septembre 2017, alors que des éléments lourds pesaient déjà contre son ami, Philippe* le défendait bec et ongles. Selon lui, il était impossible que Nordahl L. soit impliqué de quelque manière que ce soit dans la disparition de Maëlys.

Cinq mois plus tard, l'ex-militaire a avoué avoir tué la fillette «par accident». «Le Parisien» a repris contact avec Philippe, qui crie son choc et sa colère. «Du jour au lendemain, on s'aperçoit que c'est un tueur de petites filles, en fait. On imagine le monstre que ce doit être. On est tous dégoûtés, sidérés», réagit l'homme, le premier de l'entourage de Nordahl L. à réagir.

«J'imagine le monstre qu'il doit être»

Le témoin a l'impression d'avoir été floué par celui qu'il considérait comme un ami: «Il faut qu'il paie pour ce qu'il a fait. Il doit être fou, il doit être taré. Oui, c'est ça, je pense que c'est un fou qui s'est bien caché pendant des années», estime-t-il, avançant l'hypothèse d'un «problème psychiatrique» dont il aurait tu l'existence à tout son entourage. Philippe, qui croyait avoir affaire à un homme «complètement normal et insoupçonnable», qui s'est toujours «fondu dans la masse», tombe des nues.

Ecoeuré, l'ancien ami du suspect ne croit pas une seconde à la thèse de l'accident: «Nordahl a pensé à éteindre son portable. Il est prévoyant. Et s'il est prévoyant, c'est qu'il est organisé. Et qu'il sait ce qu'il fait», estime Philippe, qui se demande désormais quelle «connerie» le trentenaire «va raconter maintenant pour expliquer la mort de Maëlys». «J'imagine le monstre qu'il doit être, en fait», ajoute-t-il.

«A mon avis, c'est quelqu'un qui a déjà tué»

Philippe va plus loin. L'homme a non seulement perdu toutes ses illusions concernant son ami d'enfance, mais il le soupçonne désormais d'être un tueur en série. Son hypothèse est glaçante: «On ne se réveille pas un matin en se disant, «tiens, je vais tuer une gamine aujourd'hui». A mon avis, c'est quelqu'un qui a déjà tué. Il n'en est pas à son coup d'essai. Il y en a déjà eu d'autres», pense-t-il. En repensant à ses souvenirs d'enfance avec Nordahl, Philippe ne peut s'empêcher de frémir. «Rétrospectivement, ça fait peur», confie-t-il.

Quant à la récente hospitalisation de son ancien pote, le Français pense voir clair dans le jeu du suspect: «Pour moi, il cherche à se protéger. Depuis six mois, il n'était pas à l'hôpital et n'avait pas de crises d'angoisse. Alors qu'il savait pourtant ce qu'il avait fait. Tout ça, c'est de la comédie.»

*Prénom d'emprunt

Ton opinion