Trafic alpin: Il faut réduire le nombre de camions
Actualisé

Trafic alpinIl faut réduire le nombre de camions

La Suisse doit mettre en place une stratégie visant à diminuer le transit routier dans la région alpine.

Le Conseil des Etats a adopté mercredi une motion de sa commission des transports exigeant une réduction par étapes du trafic des poids lourds.

Les mesures en vigueur ne permettront pas d'atteindre les buts fixés dans le loi sur le transfert du trafic de la route au rail, a averti Claude Hêche (PS/JU) au nom de la commission. L'objectif intermédiaire est un million de courses annuelles en 2011, alors que le final vise 650'000 courses en 2020 soit dans les deux ans après l'ouverture du tunnel ferroviaire de base du Gothard.

La Chambre des cantons attend désormais du Conseil fédéral qu'il présente des mesures pour réduire le transit routier dans le cadre du rapport sur le transfert du trafic 2011. Il s'agit aussi d'intervenir pour éviter une augmentation du trafic de camions sur d'autres axes, a précisé Christoffel Brändli (UDC/GR).

Pour Peter Bieri (PDC/ZG) aussi, il est temps d'intervenir. Jusqu'ici, le Parlement, tout comme l'initiative des Alpes, a eu tendance à fixer des objectifs de réduction sans accorder les moyens. Il faudrait par exemple fixer le prix du sillon ferroviaire selon la demande, en augmentant les prix aux heures de pointe, d'après lui.

«Quadrature du cercle»

Moritz Leuenberger a soutenu les intérêts défendus dans la motion. L'introduction de mesures supplémentaires demande cependant du temps, a mis en garde le conseiller fédéral. La bourse du transit alpin, par exemple, doit être coordonnée avec les autres pays alpins et l'Union européenne. «Elle n'est donc pas pour demain».

Concernant les prix du sillon, qui devront être revus dans la prochaine réforme ferroviaire, les conflits - au niveau de la politique intérieure - sont aussi programmés, d'après le ministre des transports. (ats)

Ton opinion