03.12.2014 à 07:58

Zurich

Il gruge son homonyme et empoche 435'000 francs

Un Argovien a détourné le courrier et vidé le compte d'un entrepreneur qui a le même nom que lui. La justice zurichoise l'a condamné mardi à quatre ans de prison.

de
ats/ofu

L'homme, qui a comparu mardi devant la justice argovienne, a agi avec beaucoup de culot pendant près de cinq mois. En novembre 2012, cet Argovien de 35 ans s'est rendu dans un office de poste zurichois pour y faire détourner le courrier d'un entrepreneur fortuné d'Horgen (ZH) qui a exactement le même nom que lui. L'accusé est ainsi parvenu à se procurer les données bancaire de son homonyme.

Le trentenaire a ensuite demandé au Credit Suisse de lui faire parvenir deux cartes de crédit pour deux comptes appartenant à l'entrepreneur zurichois. La banque s'est exécutée sans broncher. Le 17 novembre, le prévenu a retiré pour la première 8000 francs sur un des comptes de son homonyme. S'en suivent alors 55 retraits jusqu'en mars 2013 pour une valeur totale de 435'459 francs. La majorité des retraits ont été effectués à un bancomat Credit Suisse à l'aéroport de Kloten (ZH). Une grande partie de son butin a servi pour payer ses dettes, mais aussi des voitures de luxe, des montres et des vacances de rêve. Lorsque la police l'a interpellé chez lui en novembre 2013, les agents n'ont pu saisir que 88'000 francs.

L'accusé avoue les faits

«C'est incroyablement facile de dépenser 100'000 francs si l'argent ne t'appartient pas», a avoué l'Argovien pendant son interrogatoire. L'entrepreneur, lui, a en effet mis un certain temps avant de remarquer que quelqu'un retirait des sous sur son compte. L'accusé, qui avoue les faits qui lui sont reprochés, a affirmé mardi devant le Tribunal de district de Zurich qu'il n'en voulait pas personnellement à son homonyme et qu'il ne le connaissait même pas. Le trentenaire a promis d'essayer de réparer le tort qu'il lui a causé.

La Cour a fini par le condamner à quatre ans de prison pour fraude et faux dans les titres. Pour l'instant, le lésé n'a pu que récupérer les 88'000 francs saisis au domicile de l'Argovien. Le Credit Suisse refuse de rembourser la somme restante. La banque se défend en affirmant qu'elle a fait parvenir tous les mois un extrait de compte à l'entrepreneur.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!