Actualisé 08.04.2017 à 15:21

TennisIl invente un Hawk-Eye low cost pour amateurs

Grégoire Gentil, ingénieur français établi aux USA, a peut-être trouvé le moyen de révolutionner la pratique du tennis pour le commun des mortels.

de
duf

Quel joueur de tennis, quel que soit son niveau, ne s'est jamais énervé pour une décision d'arbitrage (ou d'autoarbitrage) sur le court? Ceux qui répondront par l'affirmative sont probablement tous des menteurs. Ou alors ils ont la mémoire courte. Car déterminer si la balle qui vient de flirter avec l'une des lignes délimitant le court est bonne ou non est souvent un exercice compliqué, à défaut d'avoir une marque visible du point d'impact, comme c'est souvent le cas sur terre battue. Même les arbitres professionnels s'y trompent régulièrement.

En 2006, l'ATP avait introduit Hawk-Eye, un système de lecture des trajectoires de balles s'aidant de caméras vidéo, dans ses principaux tournois pour permettre de réparer certaines erreurs de jugement ou pour aider à écarter le doute sur certains points litigieux. Une aide à l'arbitrage souvent bienvenue, qui avait entre autres permis de confirmer la validité de la balle de match offrant à Roger Federer son 18e trophée du Grand Chelem, à Melbourne en janvier dernier. Mais à plus bas niveau, les débats et les engueulades perdurent sur les points litigieux.

Affronter sans crainte ce vieux copain qui triche

Cette époque pourrait toutefois bientôt être révolue. Grâce au travail de Grégoire Gentil. «Tout le monde connaît le système Hawk-Eye pour les joueurs pros, mais il n'y avait pas de solution low cost et portable pour le joueur du dimanche que je suis!», a récemment confié l'ingénieur français quadragénaire, établi aux Etats-Unis, à 7sur7.be.

C'est alors que lui est venue l'idée de créer In/Out. Placé sur le montant du filet de n'importe quel court, ce robot de poche officie à la manière d'un juge vidéo, en émettant un bip et un signal lumineux à chaque fois qu'une balle sort des limites. Ce système n'entretient pas le suspense de Hawk-Eye, qui ne peut être utilisé qu'un nombre de fois limité par match, sur demande d'un joueur, mais il a l'avantage de mettre instantanément tout le monde d'accord.

«Précis à 99%, honnête à 100%», l'appareil n'offre pas la même exactitude que Hawk-Eye, dispositif qui coûte plusieurs dizaines de milliers de francs, mais il a l'avantage d'annoncer la validité de chaque point avec une fiabilité impressionnante pour un appareil vendu à moins de 200 francs. Ne reste plus, désormais, qu'à produire l'appareil en masse. Une mission que s'est donnée Grégoire Gentil en misant sur le financement participatif pour développer sa brillante invention. En prime, In/Out offrira à ses utilisateurs l'enregistrement vidéo de la partie disputée et une collecte des statistiques. Voilà qui convaincra certainement certains joueurs du dimanche d'envisager avec sérénité ces matches de tennis avec ce vieux copain «qui triche sans arrêt»!

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!