Berne: Il ira en prison pour avoir mal jeté ses ordures
Actualisé

BerneIl ira en prison pour avoir mal jeté ses ordures

Un trentenaire a déposé dans les rues de Bienne un sac poubelle non-officiel et, qui plus est, le mauvais jour. Comme il n'a jamais payé son amende, il devra aller derrière les barreaux.

par
ofu
Keystone/Jean-christophe Bott

Novembre 2017, centre-ville de Bienne (BE): un homme dépose un sac poubelle de 60 litres dans la rue, commettant ainsi deux infractions à la fois. D'une part, il ne s'agissait pas d'un sac officiel de la ville et d'une autre part, il l'avait déposé le mauvais jour. Selon la «Berner Zeitung», c'est un détective opérant pour les autorités communales qui l'a démasqué quelques jours plus tard. Conséquence: 150 francs d'amende.

Fautif introuvable

Comme la prune est restée impayée durant plusieurs mois, la Ville de Bienne a fini par saisir le Ministère public bernois en mai de cette année. Celui-ci a fixé cet été un dernier ultimatum au trentenaire, qui était déjà connu de la justice bernoise pour une infraction commise à la loi fédérale sur les maisons de jeu. Une amende de 6500 francs, ordonnée par la Commission fédérale des maisons de jeu, est elle aussi à ce jour impayée.

Dans son ultimatum, publié le 15 août dans la feuille officielle du canton de Berne, le Ministère public a néanmoins offert au Biennois la possiblité de commuer les deux amendes en peine de prison: 90 jours pour la violation de la loi fédérale sur les maisons de jeu et 2 jours pour l'affaire des déchets. Or cette proposition est elle aussi restée sans réponse. L'individu de 33 ans doit donc définitivement aller en prison, l'ultimatum étant récemment arrivé à terme. Le hic: les autorités ignorent où il se trouve actuellement.

209 amendes en 2017

«La Ville de Bienne dispose de deux détectives permanents, chargés de contrôler que les ordures soient jetées correctement», explique Silvan Kocher, inspecteur des routes. En 2017, 209 Biennois ont été amendés et 600 ont reçu un avertissement. «Dans les pires des cas, nous avons déjà retrouvé des pneus et des meubles dans la forêt.»

Silvan Kocher précise qu'il n'est pas rare que les fautifs livrent toutes sortes d'excuses pour tenter de se tirer d'affaires: «Il arrive régulièrement que les gens affirment que quelqu'un d'autre a tenté de leur nuire. C'est pourquoi nous contrôlons toujours le centre des sacs poubelles.»

Ton opinion