Elon Musk: «Il le pense vraiment quand il dit qu’il veut sauver l’humanité»

Publié

Elon Musk«Il le pense vraiment quand il dit qu’il veut sauver l’humanité»

Dans un entretien, le père de l’homme le plus riche du monde, Errol Musk, confie ce qu’il pense de son fils et comment «l’éducation à la dure» aurait été le «moteur de son ambition».

Erron Musk (à gauche) est le père d’Elon Musk (à droite).

Erron Musk (à gauche) est le père d’Elon Musk (à droite).

AFP

Elon Musk domine régulièrement l’actualité mais en dépit de l’intense couverture médiatique consacrée à l’homme le plus riche du monde, les débuts de l’entrepreneur de la tech dans l’Afrique du Sud de l’apartheid restent obscurs. En plein débat sur son éventuel rachat de Twitter, son père, Errol Musk, a raconté avoir élevé ses fils à la dure, comme de «bons garçons sud-africains», leur inculquant dès le plus jeune âge rigueur et discipline.

Un père strict

«J’étais un père strict. Ma parole faisait loi», assure-t-il, affirmant que l’ambition d’Elon s’est nourrie de cette éducation volontiers un brin macho. «C’était notre façon d’être. Nous nous efforcions de donner le meilleur de nous-mêmes», confie cet homme de 76 ans au visage ciselé, front dégarni et regard d’acier, dans sa maison de la station balnéaire de Langebaan, près du Cap (Afrique du Sud). Elon Musk est né à Pretoria le 28 juin 1971 et a quitté l’Afrique du Sud au plus fort de l’apartheid, comme beaucoup de jeunes gens de cette génération, pour éviter l’impopulaire service militaire.

Après le divorce acrimonieux de ses géniteurs, Elon a surtout vécu avec son père. A l’âge de neuf ans, «je l’ai vu débarquer radieux un matin à la gare, il avait pris un train de nuit tout seul», après avoir quitté la maison de sa mère, raconte Errol.

Farceur sans filtre 

Elon a souvent évoqué une enfance malheureuse. Et s’est distancié de son père lorsqu’Errol a eu un enfant en 2017 avec la fille de son ex-épouse, de quarante-deux ans sa cadette. «Elon ne trouvait pas ça bien. Moi, je prends la vie comme elle vient», commente le père, assurant que depuis ce point de rupture, leur relation s’est améliorée.

Les polémiques et débordements d’Elon Musk, notamment sur Twitter, sont devenus routiniers. Mais Errol affirme que son fils a toujours été particulier. «C’était un gosse astucieux, joueur», qui se mêlait volontiers aux conversations des adultes. «Vers quatre ans déjà, il s’installait» pour écouter des histoires de politique et de business. «Un jour, Elon a annoncé que quand il serait grand, il serait millionnaire», raconte son père, visiblement amusé. Ce à quoi un adulte hilare, qu’il décrit un verre et une cigarette à la main, a pouffé que «le petit» risquait d’être déçu. «La réponse d’Elon a été de lui répondre "bah moi je pense que tu es bête"». «Du Elon typique», commente Errol Musk. «C’est sa nature de dire aux gens» leurs quatre vérités, sans filtre.

«Le plus aimable»

La communication avec Musk est étroitement contrôlée – en dehors de ce qu’il tweete généreusement. Pourtant, Errol le décrit comme «le plus aimable» de ses enfants. Au cours de l’entretien avec l’AFP, Errol a reçu ce qu’il a dit être un courriel d’Elon proposant de payer une récente opération de l’œil – un autre exemple de la générosité du fils, selon le père.  «Elon est très attentionné. Il le pense vraiment quand il dit qu’il veut sauver l’humanité. Ce n’est pas un slogan», croit-il savoir.

La dernière fois qu’il a vu son fils mégastar, qui vit désormais au Texas, c’était il y a six ans, pour ses 70 ans. «Je suis un homme sud-africain, je me fous de mon anniversaire mais c’était très sympa», dit-il. À son insu, Elon avait invité au Cap des amis célèbres, dont plusieurs actrices hollywoodiennes. Pendant ce déjeuner, le sujet de Donald Trump a été abordé. «J’ai alors dit "Oui, je soutiens Trump"», dit Errol. «C’est un gagnant. Comme moi, Elon et (son frère) Kimbal».

(AFP)

Ton opinion

4 commentaires