Valais: Il menace d'éradiquer tous les matous de son quartier

Publié

ValaisIl menace d'éradiquer tous les matous de son quartier

Excédé par les excréments retrouvés dans sa menuiserie, un patron a l'intention de remédier drastiquement au problème.

par
Mirko Martino

Une menuiserie de Sierre risque de ne pas faire dans la dentelle pour déloger de ses locaux une vingtaine de matous qui y auraient trop pris leurs aises. Les dégâts causés par les excréments félins induiraient de «très grosses pertes financières».

Une situation devenue intolérable pour le patron, injoignable par téléphone malgré plusieurs tentatives. Il s'est fendu d'un courrier aux habitants du quartier – qui compte environs 300 appartements – pour les inviter à garder Gribouille et Mistigri chez eux et à ne plus nourrir les chats sauvages. Selon la même lettre, il mandatera une entreprise «chargée de l'éradication des chats» sur la propriété de la menuiserie à la fin du mois.

«Nous habitons au rez-de-chaussée et il y a une grande pelouse, alors je trouve aberrant que notre chat ne puisse pas sortir, explique une locataire. Je comprends leur souci, mais là ils vont trop loin. Ce sont sûrement des renards, pas des chats domestiques.»

Mais a-t-on le droit d'utiliser la manière forte? «La gestion de la population des chats revient à l'autorité communale, rappelle Claire Zen-Ruffinen, adjointe du vétérinaire cantonal valaisan. On peut aussi se tourner vers la SPA. Pour notre part, nous conseillons la castration. Dans tous les cas, il y a un cadre légal à respecter au niveau de la protection des animaux. Et du droit de la propriété, si c'est un animal de compagnie.»

Chargée du dossier, la police de proximité sierroise tente de désamorcer cette affaire.

Ton opinion