Hockey sur glace: Il n'a pas manqué grand-chose à la Suisse M20
Actualisé

Hockey sur glaceIl n'a pas manqué grand-chose à la Suisse M20

Déjà qualifiée pour les quarts de finale des Mondiaux, la Suisse s'est inclinée contre la Russie (7-4).

par
Sport-Center/nxp
De gauche à droite, Danil Tarasov, Saveli Olshanski, le Suisse Yannick Bruschweiler et Pavel Shen.

De gauche à droite, Danil Tarasov, Saveli Olshanski, le Suisse Yannick Bruschweiler et Pavel Shen.

Keystone

A Vancouver, l'équipe de Suisse M20 a bouclé la première phase des Championnats du monde sur une défaite. La formation de Christian Wohlwend a été battue par la Russie sur un score qui ne correspond pas totalement à la trame de la rencontre (7-4).

En effet, bien que dominés (41-31 pour les Russes dans la statistique des tirs cadrés), les hockeyeurs à croix blanche peuvent aisément identifier les éléments qui leur ont manqué et qui ne leur ont pas permis d'améliorer leur sort.

D'abord, ils n'ont pas été assez patients et n'ont pas réussi à geler le puck alors qu'ils effectuaient la course en tête. Après une excellente entame de partie, ils menaient 2-0 (réussites de Lehmann et de Nussbaumer) après 10 minutes. Et 3-1 à la 26e minute lorsque Marco Lehmann s'est offert un doublé.

Ensuite, ils n'ont pas exploité un fait unique dans l'histoire des Mondiaux: alors que leurs adversaires étaient revenus à 3-3, ils ont bénéficié de deux tirs de pénalité sur la même séquence de jeu (!). Dimitri Samorukov a fait trébucher à deux reprises Lehmann qui s'était échappé et s'apprêtait à défier le gardien Daniil Tarasov à un contre un.

Conséquence logique: deux penalties.

Malheureusement pour les Suisses, Lehmann et Philipp Kurashev n'ont pas réussi à transformer leur essai.

Enfin, David Aebischer et ses coéquipiers ont manqué de lucidité en avantage numérique. A la fin de la période médiane, alors de la marque était toujours de 3-3, ils ont bénéficié d'une phase de power-play de cinq minutes sans réussir à la traduire au tableau d'affichage. «Nous avons eu nos chances en supériorité et nous n'avons pas marqué, a froidement souligné le défenseur vaudois Simon Le Coultre. C'était un match que nous pouvions gagner.»

La Russie, elle, n'a pas été confrontée à ce type de soucis. Dès qu'elle a pris l'avantage dans la troisième période, elle s'est envolée. Déjà qualifiés pour les quarts de finale, Christian Wohlwend et ses hommes connaîtront l'identité de leur adversaire à l'issue des matches de lundi.

Ton opinion