Canular: «Il n'y a aucune volonté de travestir la réalité»
Actualisé

Canular«Il n'y a aucune volonté de travestir la réalité»

Piégée par Rémi Gaillard à l'occasion du dernier numéro de «Confessions intimes», la chaîne française TF1 a admis avoir été victime d'une supercherie, mais nie «bidonner» ses reportages.

par
leo

Diffusé mardi soir, le reportage de «Confessions intimes» présentait l'histoire d'Aurélien et Ludivine, un couple mis en crise à cause de la passion inconditionnelle que l'homme était censé vouer à Rémi Gaillard. Seulement, juste après la diffusion de l'émission, l'humoriste français a lui-même publié sur YouTube une séquence, dans laquelle il révèle qu'il a piégé les équipes de «Confessions intimes» en orchestrant la fausse histoire de ce vrai couple. «Séquences bidonnées, participants manipulés, journalistes sans scrupule! C'est la face cachée des marionnettistes de la télé», peut-on lire à la fin de la vidéo.

Restée jusque-là muette sur l'affaire, la production de TF1, contactée par le site «The Huffington Post», a reconnu avoir été la proie d'un canular: «Nous avons été effectivement victimes d'une supercherie, d'une tromperie préméditée», a-t-elle expliqué. Toutefois, la production conteste avoir manqué à son travail journalistique: «Nous avons fait une enquête auprès de l'entourage du couple. Des recoupements sont systématiquement effectués, la mère d'Aurélien a été appelée, nous avons demandé des preuves - comme des photos - que le couple était ensemble depuis longtemps, des preuves qu'Aurélien était fan de Rémi Gaillard...»

Selon TF1, tous les recoupements nécessaires avaient été effectués avant de choisir le couple. La chaîne veut maintenant «tirer les conséquences» de ce canular et «remonter le niveau d'exigence des vérifications». «C'est la première fois que cela nous arrive depuis le début de l'émission en 2001», prétend la chaîne française.

Concernant les accusations de «bidonnage», la production conteste scénariser ses reportages: «Il arrive parfois, comme dans toute émission de télé, que l'on doive faire une deuxième prise parce que l'éclairage n'était pas bon, le son était mauvais, des entrées ou sorties de champ... Mais il n'y a aucune volonté de travestir la réalité», se défend-elle.

TF1 n'exclut pas de porter plainte contre Rémi Gaillard: «Nous n'excluons rien à ce stade. Nous examinons toutes les pistes. Ce qui est sûr, c'est que son canular nous porte préjudice et que ses accusations sont diffamatoires.» «Nous prenons très à coeur nos témoins, c'est la première fois qu'il nous arrive une chose pareille. Rémi Gaillard ne s'est pas seulement moqué de nous. Il s'est aussi moqué du téléspectateur.»

Ton opinion