Actualisé 06.08.2012 à 17:38

Fêtes de GenèveIl ne dépense pas 5000 francs, le bar le refoule

Un stand VIP a interdit son accès au député PLR Frédéric Hohl, accompagné par un ami portant un short.

de
Jérôme Faas
Le comité des Fêtes de Genève a autiré les terrasses du Vogue à filtrer les clients.

Le comité des Fêtes de Genève a autiré les terrasses du Vogue à filtrer les clients.

Populaires, les réjouissances estivales au bout du lac? Pas partout. L'ex-président de la manifestation l'a constaté samedi. Les terrasses du Vogue, sur la rotonde du Mont-Blanc, n'ont pas voulu de lui. En raison du short que portait son ami, mais aussi de leur pouvoir d'achat supposé.

Une réservation est obligatoire, argue d'abord le service d'ordre. Frédéric Hohl demande si la tenue de son copain explique ce refus. «Aussi», se fait-il répondre. L'élu requiert le responsable. Ce dernier confirme la décision, quand trois clients en shorts et tongs pénètrent dans l'enceinte. «On me rétorque: c'est normal, eux dépensent 5000 fr. chacun. Je demande donc si je peux entrer en payant cette somme. Absolument, me dit-on!»

«Cette population n'aime pas trop se mélanger»

Contacté, le Vogue fait rappeler Olivier Moynat, chargé du sponsoring des Fêtes. «Les festivités sont bien publiques», assure-t-il. Deux stands «chics» ont néanmoins acquis «le droit de filtrer les gens qui correspondent à la bonne tenue des lieux. La population qui fréquente ce bar n'est pas forcément celle des Fêtes. Elle n'aime pas trop se mélanger. Mais c'est un filtre, pas une sélection. Tout le staff a donc été rebriefé.» L'argument monétaire évoqué, lui, «n'était pas très élégant. Mais ils sont un peu sur les dents quant au chiffre d'affaires.»

Frédéric Hohl juge sa mésaventure «marrante pour moi, mais terrible pour l'image d'une fête populaire. Cela a dû arriver à plein d'autres gens qui, eux, n'osent rien dire.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!