Tennis: Il ne rêvait que de ça!
Actualisé

TennisIl ne rêvait que de ça!

Djokovic est devenu le premier Serbe à s'imposer à Wimbledon. Il a battu Rafael Nadal dimanche en finale et a pris la tête du classement ATP.

par
Jean-Philippe Pressl-Wenger
Londres

La symphonie est parfaite. Si le morceau final s'est terminé sur une fausse note en revers de Nadal, après 2 h 28' de jeu, la partition interprétée par Djokovic sur le Centre Court a été impressionnante de détermination (6-4 6-1 1-6 6-3). Percutant en revers, intraitable lorsqu'il s'est aventuré au filet, le soliste serbe a régalé les 15 000 spectateurs de coups diaboliquement précis. La dimension physique de la rencontre a aussi coupé le souffle à plus d'un connaisseur du jeu.

Le battu du jour est resté sans solutions, tant sur le terrain qu'à l'heure de l'interview. «Le tennis, c'est simple. Si tu joues mieux que ton adversaire, tu gagnes. Face à Djokovic cette année, je n'ai pas encore trouvé la façon de le déranger pour le battre», a reconnu Nadal, un brin fataliste. Le dernier point marqué, «Nole» s'est laissé tomber sur le gazon qui l'a couronné, en mangeant même quelques brins. Peut-être pour montrer symboliquement au monde que cette herbe qui s'était toujours refusée à lui fait enfin partie intégrante de son être. «Depuis que j'ai 4 ou 5 ans, j'ai toujours rêvé de ce moment, a reconnu le nouveau No 1 mondial après s'être signé en regardant le ciel, puis les tribunes où avait pris place tout son clan. Je voulais à tout prix gagner ici, à Wimbledon.»

Ce triomphe, son troisième en Grand Chelem après l'Open d'Australie en 2008 et 2011, a aussi constitué la cinquième défaite de Rafael Nadal dans une finale face au Serbe cette année (Indian Wells, Miami, Madrid, Rome et Wimbledon). Djokovic a donc ajouté un ­succès à son incroyable début d'année. Le Belgradois de 24 ans peut aujourd'hui se targuer d'avoir remporté tout ses matches (48 ou 50 si l'on y ajoute la Coupe Davis), sauf un: la demi-finale de Roland-Garros contre Federer.

Djokovic: «La frustration m’a poussé à m’améliorer»

J’aimerais pouvoir partager les émotions qui ont jalonné mon parcours depuis la victoire en Coupe Davis. Mais je n’arrive pas encore à exprimer ce que je ressens. C’est le plus beau jour de ma carrière, un moment incroyable que je n’oublierai jamais. C’est parfois frustrant de se qualifier pour des quarts ou des demis et d’affronter Nadal ou Federer, qui proposent un tennis exceptionnel. Cela m’a forcé à m’améliorer sur le terrain, mais aussi en tant que personne. C’est difficile de gérer cette pression, mais j’y suis parvenu.

Ton opinion