Bâle: «Il n’y a aucune raison» de célébrer le premier Congrès sioniste

Publié

Bâle«Il n’y a aucune raison» de célébrer le premier Congrès sioniste

De nombreuses organisations estiment qu’en soutenant ces festivités, le gouvernement bâlois soutient «un régime d’apartheid».

La ville de Bâle accueillera le Congrès sioniste fin août. 

La ville de Bâle accueillera le Congrès sioniste fin août. 

20min/Matthias Spicher

Le 29 août prochain auront lieu à Bâle les célébrations des 125 ans du premier Congrès sioniste – près de 1200 personnes sont attendues. Pour plus de 70 organisations suisses et internationales juives, propalestiniennes, syndicales, politiques, culturelles et académiques et des personnes signataires, «il n’y a aucune raison de faire la fête».

Dans une lettre ouverte envoyée au gouvernement bâlois, les différents signataires reconnaissent que «le sionisme était une réaction à la persécution des juifs en Europe» mais ajoutent qu’il «a été inspiré par la pensée colonialiste de l’époque et a créé une nouvelle injustice qui perdure encore aujourd’hui».

Ils estiment ainsi qu’en soutenant les festivités prévues à la fin du mois d’août, «les représentants politiques bâlois escamotent la réalité concrète, à savoir qu’Israël a instauré un régime d’apartheid au détriment du peuple palestinien dans la continuité de l’idéologie sioniste formulée à Bâle en 1897».

Les signataires de l’appel

Parmi les organisations qui ont signé la lettre ouverte, on trouve notamment le mouvement prônant le boycott d’Israël «BDS», le Collectif Urgence Palestine, la Jeunesse socialiste vaudoise, le Parti du Travail genevois et SolidaritéS. 

«Un examen historique critique»

Les événements du 29 août seront accompagnés d’une forte présence militaire et policière (voir encadré) dont les coûts sont estimés à 5,7 millions de francs. Les signataires demandent au gouvernement bâlois «de réorienter le montant à des projets dédiés à la coexistence égale de tous les peuples».

Ils veulent aussi que le gouvernement se retire de toutes participations aux célébrations et qu’il entreprenne «un examen historique critique de l’histoire coloniale du sionisme et de son impact sur la politique actuelle en Israël et de tirer des conclusions politiques sur l’attitude de Bâle à l’égard d’Israël».

Jusqu’à 700 militaires présents

Pour assurer la sécurité de l’événement, le Conseil fédéral a approuvé différentes mesures lors de sa séance de ce mercredi. La première est une restriction temporaire de l’usage de l’espace aérien les 28 et 29 août. Elle se limitera à une zone centrée sur le Stadtcasino de Bâle (lieu de certaines célébrations), explique le Conseil fédéral dans un communiqué de presse. Les vols en provenance et à destination de l’aéroport de Bâle-Mulhouse ne devraient pas être touchés par la restriction.

Le Conseil fédéral a aussi décidé que les Forces aériennes assurent un service de police aérienne et une surveillance renforcée de l’espace aérien. Enfin, le gouvernement a également approuvé l’engagement subsidiaire d’un effectif maximal de 700 militaires en service d’appui au profit des autorités cantonales de Bâle-Ville pour des tâches de surveillance de sites, de reconnaissance et de transport aérien.

(comm/aze)

Ton opinion