Tennis: «Il n’y a personne d’autre, alors on s’en prend à Novak»
Publié

Tennis«Il n’y a personne d’autre, alors on s’en prend à Novak»

Goran Ivanisevic, l’un des deux coaches de Novak Djokovic, est revenu sur le traitement médiatique infligé au Serbe, après sa 9e victoire à l’Open d’Australie.

Novak Djokovic et son entraîneur Goran Ivanisevic quelques minutes après la victoire du Serbe à l’Open d’Australie dimanche.

Novak Djokovic et son entraîneur Goran Ivanisevic quelques minutes après la victoire du Serbe à l’Open d’Australie dimanche.

REUTERS

Souvent critiqué pour son attitude sur et hors du court, Novak Djokovic a remporté dimanche son 9e Open d’Australie et s’est ainsi relancé sportivement: «il avait tellement besoin de cette victoire», a confié son entraîneur Goran Ivanisevic.

«Il a traversé une période très difficile, surtout après l’US Open l’an dernier (ndlr: disqualifié en 8es de finale pour avoir envoyé une balle sans faire exprès sur une juge de ligne) et sa mauvaise finale de Roland-Garros (surclassé en trois sets par Rafael Nadal)», a expliqué le coach croate.

«En arrivant ici (en Australie), il a essayé d’aider les autres joueurs pendant la quarantaine. Il est le seul à l’avoir fait», a ajouté Ivanisevic en référence à une lettre adressée par Djokovic aux organisateurs du tournoi pour tenter d’alléger les conditions de vie de ses collègues en quarantaine dans un hôtel.

«Et tout le monde lui tombe dessus, a accusé Ivanisevic. Il n’y a personne d’autre, alors on s’en prend à Novak. Les gens trouvent à redire à tout ce qu’il fait. S’il dit quelque chose, ce n’est pas bien. S’il ne dit rien, ce n’est pas bien non plus», a regretté l’ancien joueur.

«Même sa blessure a été remise en cause!»

Goran Ivanisevic, entraîneur de Novak Djokovic

«Et puis il y a eu la blessure, venue de nulle part. Incroyable. Pour être honnête, je n’arrive pas à croire que je suis là en conférence de presse en tant que membre de l’équipe du gars qui a remporté son neuvième Open d’Australie», a-t-il ajouté.

«Et même sa blessure a été remise en cause! Il a passé une IRM après son match contre Fritz (au 3e tour lorsqu’il s’est blessé). Le médecin a dit ce qu’il avait. Et on lui a donné le choix. Il y a des gens qui peuvent supporter la douleur. D’autres ne peuvent pas», a raconté l’entraîneur.

Djokovic a répété dimanche en conférence de presse ce qu’il avait dit tout de suite après son match contre Fritz, qu’il s’agissait bien d’une «déchirure abdominale».

La façon dont il avait pu jouer par la suite avec ce type de lésion avait surpris. «Le match clé a été celui contre Raonic (en 8e de finale), et ensuite celui contre Zverev (en quarts, où le Serbe souffrait toujours). Ensuite, c’est allé de mieux en mieux et aujourd’hui c’était un véritable chef d’œuvre», a estimé Ivanisevic.

«Il a montré une nouvelle fois au monde à quel point il était grand, a-t-il ajouté. C’est son tournoi, comme Roland-Garros est celui de Nadal. Le remporter neuf fois c’est incroyable. Et cette victoire est encore plus douce quand on sait ce qu’il a, les émotions et les souffrances qu’il a traversées.»

(AFP)

Ton opinion