Actualisé 18.10.2020 à 22:37

Football et Hockey sur glaceIl n’y aura pas plus de 1000 fans dans le canton de Berne

Le autorités bernoises ont réduit le nombre de spectateurs dans les stades dès lundi. Les clubs encaissent mal le coup.

de
Sport-Center
Le 4 octobre, il y avait 11’660 spectateurs au Wankdorf pour le match Young Boys-Vaduz.

Le 4 octobre, il y avait 11’660 spectateurs au Wankdorf pour le match Young Boys-Vaduz.

Keystone

Le canton de Berne l’a communiqué dimanche: «Vu l’évolution actuelle de la pandémie et consécutivement aux restrictions imposées aux rassemblements, la signalisation passe au rouge à partir de lundi 19 octobre 2020. Cela signifie qu’il n’est plus possible pour l’heure d’organiser dans le canton de grandes manifestations comptant plus de 1000 personnes.»

Une mesure qui affecte plusieurs équipes professionnelles, notamment en football et en hockey sur glace: Young Boys en Super League de football, Thoune en Challenge League de football, le CP Berne, les SCL Tigers et le HC Bienne en National League de hockey sur glace ainsi que Langenthal en Swiss League de hockey.

Depuis le 1er octobre, ces organisations étaient autorisées à occuper le 75% de leurs stades et patinoires en configuration places assises.

11’660 spectateurs le 4 octobre

Le 4 octobre, par exemple, il y avait 11’660 personnes dans les tribunes du Wankdorf pour la rencontre Young Boys - Vaduz. Samedi, il y en avait 3777 au Stade de Glace pour le match Bienne - ZSC Lions. Et 1253 au Schoren pour Langenthal - EVZ Academy.

Le HC Bienne a aussitôt réagi. «Le club a dû prendre acte de la décision du canton de Berne cet après-midi», a tweeté le HC Bienne, qui clarifiera sa position et, probablement les conséquences de cette décision lundi.

Le SCB en colère

Le club de hockey de la capitale fédérale n’a, lui, pas caché sa colère: «Le SCB ne comprend pas et a appris cette décision avec étonnement (). De manière explicite, le Conseil fédéral n’a jusqu’ici jamais remis en question le concept de protection mis en place (). La décision des autorités bernoises n’est pas clairement expliquée.»

‹‹L’existence du SCB est menacée à moyen terme››

La direction du CP Berne, dans un communiqué

La direction des Ours précise qu’elle a dépensé 500’000 francs pour la mise en place de ce concept. Elle stipule aussi que la société est désormais en péril: «Jouer devant moins de 1000 spectateurs, cela signifie que l’existence du SCB est menacée à moyen terme.»

Incompréhension à la Ligue

Le directeur de la National League et de la Swiss League, Denis Vaucher s’est également montré perplexe face à cette mesure lors d’un entretien à la «Berner Zeitung»: «Je ne comprends pas la décision des autorités bernoises; il ny a pas un seul cas de coronavirus prouvé dans un stade.» Et d’ajouter: «La décision du canton de Berne est un mystère pour nous. C’est sorti de nulle part alors que le conseiller fédéral Alain Berset a déclaré jeudi et la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga dimanche que nos concepts de protection étaient bons.»

Même incompréhension du côté des Young Boys dont la direction se déclare «prise à contre-pied par cette décision». Le champion de Suisse se préparait en effet à accueillir l’AS Roma jeudi à l’occasion de la première journée de l’Europa League. Une affiche et une fête qui auraient amené la foule au Stade de Suisse. «La santé de nos concitoyens demeure évidemment notre priorité première, écrit YB. Mais il convient de conserver une certaine mesure et de reconnaître les efforts entrepris par les clubs professionnels, notamment dans la mise en œuvre du concept de protection. Selon nous, l’existence même du football professionnel en Suisse est menacée si le public venait à être à nouveau privé de stade durant une nouvelle période.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
104 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

didi

19.10.2020 à 08:58

J'ai plus de soucis pour Langnau et Langenthal à l'allure où sa va ils vont faire faillite avant le SCB et Bienne.

Vivre pour le meilleure

18.10.2020 à 20:21

Laissons nous vivre et injecter les milliards déjà injectés dans les hôpitaux à la place de donner pour sauver l’économie. Personne ne voit une porte de sortie alors on va enchaîner les confinements... a quoi bon ? Faisons attention mais devenons pas des abrutis. Même si un vaccin ou traitement sortirait, il y auras toujours des gens que ne prendrons pas le traitement ou les vaccins. Laissons vivre nos jeunes et nos enfants. Les personnes à risques doivent être protégé. D’ailleurs quelqu’un connais la proportion des personnes à risque? 1 sur 5 ou 1 sur 10 ou 1 sur 1000 ?

warpi98

18.10.2020 à 20:15

C'est marrant. Sitôt que l'on critique les politiques et leurs idées de biles, on est censuré.... Les journalistes sont-ils à la solde des politicards? on en est de plus en plus sûr...