Constance (D): Il peut «flairer» les faussaires de fromages
Actualisé

Constance (D)Il peut «flairer» les faussaires de fromages

Le douanier Gerhard Schlaich mène la vie dure aux contrebandiers. En humant les meules, il peut dire s'il s'agit d'authentiques «Swiss made».

par
Simon Städeli/jbm
L'officier sait distinguer plus de 300 spécialités suisses. (Photo: Simon Städeli)

L'officier sait distinguer plus de 300 spécialités suisses. (Photo: Simon Städeli)

Tout a commencé lors de la visite d'une fromagerie modèle en Suisse romande, il y a trente ans. «J'ai immédiatement été emballé. Depuis, le fromage est devenu ma passion», déclare Gerhard Schlaich. Cet employé de la douane allemande de Constance officie, depuis plus de 10 ans, comme «renifleur de fromages». Il peut identifier à coup sûr plus de 300 variétés et détecter toute falsification.

Car des contrebandiers utilisent une astuce à la fois simple et rentable: ils importent de l'étranger des fromages bon marché qu'ils ne font qu'emballer et étiqueter comme «fromage suisse». Ainsi parés et portant des noms renommés, les pâtes dures ou molles sont revendues bien plus cher. C'est là où le palais et le nez du gabelou entrent en action.

Récemment, on lui a présenté un vacherin pour qu'il en vérifie l'authenticité. «Quand j'ai planté mon couteau dans la croûte, je n'ai pas rencontré d'odeur épicée caractéristique. J'en ai immédiatement déduit qu'il s'agissait d'un faux», déclare le spécialiste. Les faussaires ont été arrêtés et ils ont dû payer une amende.

Gerhard Schlaich ne se repose pas sur ses lauriers ni sur son expérience. Pour maintenir son nez, il se rend régulièrement en Suisse pour tester de nouveaux produits. Du reste, quand on lui demande s'il en mange, le douanier répond sans hésiter: «Oui, j'apprécie particulièrement l'Appenzeller et son goût épicé.»

Ton opinion