Actualisé 31.03.2020 à 04:14

Zurich

Il piège un voleur de colis avec un traqueur GPS

Après s'être fait subtiliser des paquets à deux reprises devant chez lui, un quadragénaire a élaboré un plan astucieux pour coincer le malfrat.

de
ofu
Keystone/Martin Ruetschi

Un Zurichois a fait preuve d'ingéniosité pour que justice soit faite, révèle ce lundi le «TagesAnzeiger». Tout a commencé par un banal achat de vin. Le quadragénaire, originaire de Schaffhouse, a passé commande auprès d'un vigneron de son canton d'origine. Or, il n'a jamais réceptionné les bouteilles. Pourtant, le facteur avait bel et bien déposé le carton devant son immeuble comme convenu. Pour la deuxième fois en peu de temps, un inconnu s'était amusé à lui dérober son colis, rapporte le quotidien.

Traqueur GPS

Même si le vigneron s'est montré compréhensif en lui remboursant les bouteilles volées, le quadragénaire n'est pas parvenu à s'enlever cette affaire de la tête. C'est dans ce contexte-là qu'un soir, il a élaboré un plan pour pincer le voleur. Il a rempli un carton avec des vins pas chers et y a caché deux traqueurs GPS, utilisés pour localiser son chien ou son trousseau de clés perdu. Ensuite, il a déposé le carton devant chez lui à 2h du matin à l'entrée de son immeuble, là où les facteurs ont l'habitude de déposer les colis.

Condamné via ordonnance pénale

«Le signal GPS s'est mis à bouger à 7h30», raconte le quadragénaire au journal. La surprise: le colis semblait toujours se trouver dans les parages. L'Alémanique s'est donc baladé dans son immeuble, en faisant des allers-retours dans la cage d'escaliers, jusqu'à ce que le signal ne s'intensifie finalement dans une cave du lotissement. Le Zurichois a ensuite alerté la police pour lui expliquer la situation. «J'ai dit aux agents à qui appartenait la cave d'où provenait le signal.» Interrogé par les policiers, l'individu en question a avoué les faits. Le Zurichois, lui, a porté plainte. Le voleur a entre-temps été condamné via ordonnance pénale.

«Ne pas mener sa propre enquête»

La police cantonale ne souhaite pas s'exprimer sur le cas précis pour des questions liées à la protection des données. Elle souligne néanmoins: «De manière générale, nous déconseillons aux privés de mener leur propre enquête.» Car selon son porte-parole Florian Frei, il se pourrait que des actes répréhensibles soient commis lorsqu'on enquête au lieu de laisser faire les forces de l'ordre. Il existe par ailleurs le risque que l'enquête de la police soit perturbée par de telles actions.

Qui est responsable lorsqu'un colis disparaît?

L'an dernier, la poste a délivré environ 148 millions de paquets en Suisse. Selon un de ses porte-paroles, les risques que l'un d'entre eux disparaisse sont très faibles. Il précise néanmoins que la poste n'est pas responsable du moment que le colis a été remis en mains propres, déposé dans la boîte à lait, dans un endroit prédéfini par le destinataire ou donné à une personne habilitée à le recevoir. Elle le serait en revanche si le destinataire a précisé au préalable qu'il ne souhaitait pas que le colis soit déposé dans la boîte à lait, remis à un voisin ou déposé à un autre endroit.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!