Actualisé 17.12.2017 à 21:40

Canton de BerneIl piquait dans la caisse pour payer ses flirts

Un employé de l'administration cantonale a détourné 430'000 fr. pour envoyer cet argent à des hommes qu'il draguait sur internet. Il s'est dit seul et désespéré.

de
rmf
L'employé de bureau bénéficiait d'une confiance aveugle de ses employeurs et collègues, ce qui lui a permis de détourner environ 430'000 fr. en trois ans.

L'employé de bureau bénéficiait d'une confiance aveugle de ses employeurs et collègues, ce qui lui a permis de détourner environ 430'000 fr. en trois ans.

Keystone

Un ancien employé de l'Office bernois des migrations a été condamné vendredi pour avoir détourné environ 430'000 fr. L'argent sorti de la caisse de l'aide aux départs était envoyé aux flirts de cet homme très solitaire et désespéré, qui rencontrait d'autres hommes sur des sites de rencontre.

«Frénésie et désespoir»

Le cinquantenaire, discret et souffrant d'un problème de surpoids, était en peine d'affection et d'amour, décrit la «Berner Zeitung» d'après les descriptions du tribunal et du prévenu lui-même. Les sommes considérables dérobées à son employeur étaient naïvement envoyées à des hommes nord-africains rencontrés sur internet.

Pendant trois ans, ces faits se sont répétés «avec frénésie et désespoir», explique le fonctionnaire. Celui-ci est parvenu à obtenir la deuxième signature nécessaire en prétextant devoir auditer un autre employé, qui lui faisait une confiance aveugle. L'homme avait un très bon rapport avec ses collègues de bureau. Pour éviter une enquête approfondie, il les mettait sous pression en présentant une grande quantité de preuves ou en expliquant que le bénéficiaire l'attendait déjà.

Critiques envers l'employeur

Le président de la Cour a clairement condamné le comportement de l'employé, mais a également émis des critiques contre son employeur. Ses supérieurs lui faisaient une confiance aveugle, incompréhensible même. En effet, certains au bureau savaient qu'il était sous le coup d'une retenue sur salaire car il ne pouvait pas payer ses dettes.

De plus, les dépenses de la caisse dans laquelle le malhonnête a puisé sont passées de 5'700 fr. en 2013 à plus de 340'000 fr. en 2016, soit une augmentation de coûts de près de 6'000%, rappelle le journal bernois. «Je suis étonné que personne n'ait remarqué», a dit le président.

«Ouvrez-vous et acceptez de l'aide»

L'employé a été condamné à une peine de 35 mois de prison dont 7 mois fermes, ainsi qu'à une amende. Il est maintenant au chômage et dispose de peu de perspectives d'avenir. Il a expliqué à la cour qu'il ne voyait personne et passait beaucoup de temps enfermé chez lui. Le président a alors dit qu'il souhaitait qu'en plus de sa peine de prison, l'homme retrouve un équilibre social. «Ouvrez-vous et acceptez de l'aide», a-t-il encouragé, cité par «Der Bund».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!