17.10.2020 à 09:37

FootballIl prend 17 matches pour avoir insulté les arbitres

Frédéric Biancalani, entraîneur de l’équipe féminine de l’EA Guingamp, s’en est pris au corps arbitral en septembre. Il a écopé d’une suspension exemplaire.

de
Claude-Alain Zufferey/AFP
Frédéric Biancalani ne pourra plus entraîner jusqu’à la fin de la saison de D1 féminine.

Frédéric Biancalani ne pourra plus entraîner jusqu’à la fin de la saison de D1 féminine.

Les féminines de l’En Avant Guingamp, actuellement 11es et avant-dernières du classement de la D1, n’ont plus d’entraîneur principal. Expulsé le 26 septembre à la mi-temps d’une rencontre perdue 2-1 contre Dijon, Frédéric Biancalani a écopé de 17 matches de suspension, soit le nombre de journées qu’il reste à disputer dans la saison 2020-2021. Motif de cette sanction exemplaire: un manque de respect envers les arbitres, qu’il ne trouvait pas à la hauteur.

«Quand elle connaîtra le football, elle pourra arbitrer à haut niveau»

De Frédéric Biancalani à l’encontre de l’arbitre de la rencontre Guingamp – Dijon de D1 féminine.

Comme le rapporte le journal Ouest-France, l’entraîneur guingampais avait vivement critiqué les arbitres de la rencontre après son expulsion. Il les aurait notamment traitées «d’abruties». Il aurait également lancé en direction de l’arbitre principale: «Quand elle connaîtra le football, elle pourra arbitrer à haut niveau.»

Pour sa part, la manager de l’équipe, Marlène Bouédec, aurait utilisé les mots de «pauvres filles» en regrettant «leur piètre niveau». Elle a été punie de 15 matches de suspension. Toutes ces phrases sont extraites directement du rapport des arbitres, qui avait déjà été étudié par une première commission de discipline et qui avait fuité sur les réseaux sociaux.

Des peines plus lourdes que prévu

Les peines prononcées par la commission de discipline sont particulièrement lourdes, eu égard au barème prévu par le règlement de la Fédération française de football. Celui-ci prévoit huit ou douze matches de suspension pour des propos grossiers ou injurieux d’un entraîneur à l’égard d’un officiel.

Le club n’a pas souhaité faire de commentaire dans l’immédiat.

Âgé de 46 ans, Frédéric Biancalani est à la tête de l’équipe féminine de l’EA Guingamp depuis 2018. La saison dernière, la formation gunigampaise avait terminé 6e du championnat et s’était hissée pour la première fois de son histoire en demi-finale de Coupe de France, perdue 1-0 contre l’Olympique Lyonnais en juillet.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
31 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

LS

17.10.2020 à 13:33

Si le niveau des arbitres est le même que CL ou SL suisse, il fait hien de gueuler

patrice piller

17.10.2020 à 13:10

C'est très bien comme punition presque pas assez à mon goût c'est bien fait pour lui il aurait eu un peu plus de respect il n'aurait rien eut

Ouèsava

17.10.2020 à 12:41

Normal qu'il ne sache pas se comporter, il ne sait pas mettre un masque. Mais Sibeth avait donc raison ?!