Philippines – Il prend un crocodile pour une déco en plastique, et ça tourne mal
Publié

PhilippinesIl prend un crocodile pour une déco en plastique, et ça tourne mal

Un sexagénaire a passé un très mauvais quart d’heure dans le bassin d’un reptile, qu’il avait pris pour une réplique. Le visiteur a failli y laisser un bras.

Nehemias Chipada se souviendra longtemps de sa visite du 10 novembre à Amaya View, un parc de loisirs situé à Cagayan de Oro (nord). L’homme, qui fêtait ses 68 ans, a repéré ce qu’il pensait être la réplique en plastique d’un crocodile. Il a alors eu l’étrange idée de s’approcher du bassin et de prendre quelques selfies, sous le regard amusé de sa famille. La séance photos a pris une tournure dramatique quand le reptile de 3 mètres de long a estimé que la plaisanterie avait assez duré. L’animal a attrapé le sexagénaire par un bras et l’a attiré dans l’eau.

Des images impressionnantes montrent le Philippin en train d’appeler à l’aide, tandis que le crocodile refuse de lâcher prise. «J’ai cru qu’il allait lui arracher le bras. Je voulais l’aider, mais j’avais peur et je ne savais pas comment faire face à une attaque de crocodile», raconte l’auteur de la vidéo. Le malheureux a finalement réussi à se libérer avant d’être pris en charge par le personnel du parc, qui a fait en sorte de stopper son hémorragie rapporte ABS-CBN.

Emmené à l’hôpital, Nehemias Chipada présentait plusieurs fractures qui ont nécessité des interventions chirurgicales. Le sexagénaire a par ailleurs dû se faire poser des points de suture au niveau du bras gauche et de la cuisse. Une dent de crocodile de 7 centimètres s’était également logée dans sa chair. Après le drame, la famille de la victime a reproché au parc de ne pas avoir installé des panneaux prévenant du danger. «Il n’y avait pas d’avis nous avertissant de ne pas entrer dans l’enceinte. Parce que s’il y en avait eu, nous ne serions jamais allés là-bas», s’indigne Joy Chipada, la fille du sexagénaire.

La direction a accepté de prendre en charge les frais de traitement du visiteur, mais nie avoir fait preuve de négligence. «Ils disent qu’ils pensaient que le crocodile était artificiel, mais l’accès à cette zone est restreint. Il y a des panneaux et des rappels constants de la part de nos guides touristiques», affirme Candy Unabia, directrice d’exploitation.

(joc)

Ton opinion