Berne - Il propose de rejoindre sa dernière demeure à vélo
Publié

BerneIl propose de rejoindre sa dernière demeure à vélo

Un e-bike a été transformé en corbillard. Les proches et les amis pourront suivre le cortège funèbre à bicyclette.

par
lah/jbm
Le cercueil peut soit être recouvert d’une bâche soit rester à l’air libre.

Le cercueil peut soit être recouvert d’une bâche soit rester à l’air libre.

20min/Matthias Spicher

De curieux cortèges funéraires risquent d’interloquer les passants de la capitale ces prochains temps. Depuis mardi, une société de pompes funèbres propose un corbillard construit sur la base d’un vélo-cargo. Première à exploiter ce filon en Suisse, l’entreprise est soutenue par la Ville de Berne, qui se veut la «capitale du vélo.»

Cortège funèbre en douceur

Lors des funérailles, les familles en deuil pourront organiser un tour autour de la ville et suivre le croque-mort en pé­dalant. L’engin, qui est équi­pé d’une assistance électrique, parvient même à monter des côtes. Cet étrange corbillard a coûté 10’000 francs et peut atteindre 25 km/h.

Sur son site, l’entreprise indique qu’avec le côté sympathique du vélo, le thème du décès est abordé de manière moins tragique. «Le sentiment positif que j’associe à la bicyclette m’a inspiré la construction du vélo funéraire, a ex­pliqué Gyan Härri, directeur d’Aurora. Il est né de la motivation d’associer la légèreté à un événement grave pour de nombreuses personnes. Toute notre équipe se réjouit des rencontres et des conversations stimulantes qui naîtront lors des balades avec le vélo-corbillard.»

L’idée a germé avec la grossesse de sa femme

Gyan Härri a eu l’idée du Funeral Bike alors que sa femme, enceinte, n’était plus apte à se déplacer en deux-roues. Il l’avait alors véhiculée sur un «cargo bike» et en avait fait de même avec le bébé. Le sentiment de transporter des êtres chers lui plaisait. Aujourd’hui, il va plus loin en emportant les défunts.

Ton opinion