France - Il range la maison et trouve trois bébés morts
Publié

FranceTrois corps de nouveau-nés retrouvés près du Mans

En faisant des rangements dans une annexe de sa maison, à Mézeray (France), un homme a découvert les restes de trois nouveau-nés. Une enquête a été ouverte.

Une information judiciaire a été ouverte pour homicide volontaire sur mineur de moins de 15 ans après la découverte des corps de trois nouveau-nés dans l’annexe d’une maison à Mézeray (Sarthe), a annoncé, mercredi, le Parquet du Mans.

La découverte macabre a été faite lundi. Un homme de 40 ans vivant à Mézeray a contacté la gendarmerie de la Sarthe après avoir découvert, «dissimulés dans une annexe de la propriété qu’il occupait depuis plusieurs années, les restes d’au moins un corps décomposé», avait indiqué, mardi, le parquet.

D’abord, l’identification

Un juge d’instruction a été saisi mercredi. «Le premier des actes qui va être accompli par le juge d’instruction, ce seront des expertises aux fins d’identifier les enfants, en comparant les ADN prélevés à l’ensemble des ADN des proches, des personnes qui ont occupé les lieux.»

«Il s’agit de trois corps, ce chiffre a été confirmé par les médecins légistes. Mais nous n’avons pas de certitude sur leur âge, l’ancienneté de leur naissance. A priori, mais cela fera encore l’objet d’expertises au vu de l’état de dégradation des corps, les experts évoquent des enfants nés et non pas des fœtus», a ajouté le parquet. «L’ensemble des personnes qui ont contribué à la découverte ont été entendues. En l’état, il n’y a eu ni garde à vue, ni mesure coercitive. L’enquête ne fait que débuter.»

Selon BFM TV, un homme dont la femme est décédée brutalement d’un cancer, ce mois-ci, a fait la macabre découverte en faisant du rangement, forçant la serrure d’un meuble situé dans une remise à l’écart de sa maison. «On évoque des gens qui sont peut-être totalement étrangers aux faits. L’enquête visera déjà à asseoir l’identification de ces petits corps puis à identifier leurs parents», a précisé le parquet du Mans au sujet des occupants de la maison.

(AFP)

Ton opinion