États-Unis - Il retrouve son chien 4 ans après, 1300 kilomètres plus loin
Publié

États-UnisIl retrouve son chien 4 ans après, 1300 kilomètres plus loin

Un ancien militaire a perdu son petit compagnon âgé de quatre mois, fin 2016. En avril dernier, l’homme a reçu un coup de fil aussi improbable qu’inespéré.

L’histoire de Michael Joy et de son chien Sam n’a pas grand-chose à envier à un film Disney. Il y a quatre ans, l’Américain domicilié à Fort Benning (Géorgie) se promenait avec ses chiens quand ceux-ci ont pris la poudre d’escampette. Deux d’entre eux sont rentrés à la maison mais Sam, 4 mois, était introuvable. «J’ai conduit dans tout le quartier, je me suis rendu dans les refuges du coin. Je le cherchais sans relâche», raconte Michael à News Channel 5.

L’Américain étant dans l’armée, les déménagements sont fréquents. C’est donc la mort dans l’âme que lui et sa famille ont quitté la Géorgie pour se rendre à Fort Campbell, dans le Kentucky, à environ 800 kilomètres au nord-ouest. Malgré la distance, Michael n’a jamais renoncé à l’idée de retrouver son petit compagnon. «J’ai continué de faire des allers-retours, j’y suis retourné trois ou quatre fois après mon déménagement. Je me disais que peut-être il allait se pointer là-bas», confie l’ancien militaire.

Mais le temps a passé, et Sam était toujours introuvable. Depuis, Michael a pris sa retraite de l’armée et a adopté d’autres chiens, donnant le prénom de Sam à l’un d’entre eux. En fait, le Sam d’origine était encore en vie, à trois États de là. En avril dernier, l’Américain a reçu un coup de fil improbable d’un refuge de Cleveland, dans l’Ohio. Quand un employé lui a annoncé que son chien Sam était chez eux, Michael a d’abord cru que son interlocuteur lui parlait de son nouveau chien. «Je lui ai répondu que c’était impossible parce qu’il était devant moi et déjà, qu’est-ce qu’il ferait à Cleveland», raconte-t-il.

À la seconde où Michael a compris que l’employé du refuge lui parlait de son «premier» Sam, l’Américain a bondi dans sa voiture et roulé pendant huit heures. «Quand je l’ai vu, je me suis dit Oh mon Dieu, c’est lui. C’est lui», témoigne le père de famille. Michael s’est félicité d’avoir eu la brillante idée à l’époque de faire pucer son cher compagnon à quatre pattes, ce qui a permis au refuge de faire le lien entre eux. «C’était comme rentrer à la maison après une mission et de revoir sa famille pour la première fois depuis un an», s’émerveille l’Américain, qui ne se sépare plus de son chien adoré.

(joc)

Ton opinion