Saint-Gall – Il risque la prison pour avoir voulu «louer» une fillette
Publié

Saint-GallIl risque la prison pour avoir voulu «louer» une fillette

Un Suisse de 54 ans cherchait à entrer en contact avec des mineures sur la Toile, pour réaliser ses fantasmes sexuels. Le ministère public du canton de Saint-Gall a requis une peine de quatre ans de prison.

Le quinquagénaire recherchait des jeunes filles sur Internet.

Le quinquagénaire recherchait des jeunes filles sur Internet.

Getty Images/iStockphoto

Le prévenu est l’ex-secrétaire communal de Steinach (SG), comme l’a confirmé Beatrice Giger, du ministère public de Saint-Gall. Il lui est reproché d’avoir eu, à partir du printemps 2017 et pendant près de deux ans, des contacts sur Internet avec une vingtaine de jeunes filles mineures. Il est en outre accusé d’avoir incité à plusieurs reprises des partenaires de chat en ligne de moins de 16 ans à commettre des actes sexuels sur elles-mêmes. En outre, il aurait été en contact sur le réseau avec une organisation dans le but de «louer» pour quelques heures une fillette de neuf ans, à des fins d’exploitation sexuelle. Comme dans les autres cas, il n’y a pas eu de contact personnel ou physique entre le prévenu et l’enfant.

Le prévenu a été arrêté le 13 novembre 2019, par la police cantonale de Saint-Gall, sur son lieu de travail, après que le ministère public a reçu des informations des autorités autrichiennes et ouvert une procédure pénale. Plusieurs supports de données tels que des ordinateurs portables, des tablettes et des smartphones ont été confisqués. Le quinquagénaire a été placé en détention provisoire pendant 52 jours, avant que le tribunal des mesures de contrainte n’accepte sa demande de mise en liberté, contrairement à la requête du ministère public, et ne le libère en ordonnant des mesures de substitution.

Quatre ans de prison requis

L’enquête pénale, qui a nécessité beaucoup de travail, est entre-temps bouclée. Le ministère public accuse le prévenu de tentatives multiples de pornographie, d’actes sexuels multiples avec un enfant, de tentative de traite d’êtres humains et de tentative d’incitation à la traite d’êtres humains. Il requiert une peine d’emprisonnement de quatre ans, en tenant compte de la détention préventive, une peine pécuniaire de 90 jours-amendes à 100 francs, ainsi qu’une interdiction à vie concernant les activités impliquant un contact régulier avec des mineurs.

(kat/jbm)

Ton opinion