Justice – Il risque l’expulsion après une agression sexuelle
Publié

JusticeIl risque l’expulsion après une agression sexuelle

Un quadragénaire a comparu jeudi, en appel, devant la Cour suprême zurichoise. Il est accusé de contrainte sexuelle sur une connaissance.

L’affaire a été jugée devant la Cour suprême de Zurich.

L’affaire a été jugée devant la Cour suprême de Zurich.

20min/hoh

L’accusé est un Allemand de 40 ans, bénéficiaire de l’aide sociale et sans domicile fixe. On lui reproche, il y a deux ans, d’avoir contraint et menacé sexuellement une connaissance, alors âgée de 67 ans, dans son appartement zurichois. Selon l’acte d’accusation, le prévenu a pénétré dans le logement alors qu’il était très aviné (il présentait une alcoolémie de 2,5‰) et avait exigé de manger quelque chose. Lorsque sa victime lui a dit qu’elle n’avait presque rien à lui offrir, il a pointé un couteau contre sa poitrine en lui disant: «Ça peut faire très mal!» Deux heures plus tard, il s’est allongé dans le lit à côté de sa victime et l’a forcée à une fellation. Au petit matin, il est parti non sans avoir dérobé le porte-monnaie et le natel de sa victime. Il a également utilisé sa carte de la Poste pour faire des achats pour un montant de 250 francs.

Un multirécidiviste

Durant le procès, le prévenu a nié les accusations. «Je jure devant Dieu que je ne l’ai jamais forcée. Tout s’est fait de manière volontaire.» Et non, il n’a pas placé un couteau sur la poitrine de la sexagénaire. Confronté à son passé judiciaire, l’homme ne voit «aucun problème» avec les 36 condamnations qui ont été prononcées à son endroit depuis 2001, principalement pour vol. Il a également été condamné en Allemagne pour harcèlement sexuel et a été libéré en 2020 à cause du coronavirus.

Acquittement demandé

En première instance, en juin 2021, le prévenu a écopé d’une peine ferme de 28 mois de réclusion, soit quatre de plus que ce qu’avait requis le procureur. En outre, il doit être renvoyé de Suisse pour huit ans. Le tribunal de district avait renoncé à une thérapie, par manque de motivation du prévenu.

Son avocat a demandé l’acquittement pour contrainte et menace sexuelle et une peine pécuniaire avec sursis, uniquement pour le vol. Son client devrait ainsi être libéré immédiatement de la prison où il se trouve, depuis septembre 2020. La Cour suprême n’a pas encore rendu son verdict.

(hoh/jbm)

Ton opinion