Affaire Giroud: «Il s'est toujours pris pour un nouveau Bill Gates»
Actualisé

Affaire Giroud«Il s'est toujours pris pour un nouveau Bill Gates»

L'informaticien impliqué dans le scandale Giroud avait déjà eu affaire à la justice, et même à la prison.

par
Frédéric Nejad Toulami

Les langues de certains ex-collègues de M. R. commencent à se délier. Après avoir appris dans des médias que le pirate informatique, mandaté par le détective de l'encaveur valaisan Dominique Giroud, était un «hacker de classe mondiale, au-dessus de tout soupçon», ils balancent!

Mis en détention provisoire dans le cadre de l'enquête du Ministère public genevois, M. R. avait déjà eu maille à partir avec la justice. Agé d'une trentaine d'années, ce Genevois a été formé à l'EPFL de 1999 à 2005. A cette époque, il avait entrepris de pirater le compte d'un particulier à l'Université de Bordeaux pour se venger d'un revers sentimental, affirme une source. Une enquête en France avait été ouverte et un mandat d'arrêt lancé par Interpol. «Il est parti un jour en vacances avec sa copine en République tchèque. La police locale l'a immédiatement arrêté et il a passé un mois en prison», détaille ce témoin rencontré jeudi 19 juin.

Le passé du hacker semble avoir échappé à RUAG, qui l'a employé entre 2012 et 2013. Le porte-parole de l'entreprise d'armement, qui appartient à la Confédération, est tombé des nues en apprenant ça le vendredi 20 juin: «C'est incroyable! Ce monsieur a pourtant subi un examen de sécurité avant d'obtenir le feu vert pour être engagé.»

Mais, selon une source l'ayant côtoyé professionnellement, «M. R. est surtout un beau parleur et un mytho, qui se prenait pour un nouveau Bill Gates».

Ton opinion