Fraudeur - UBS: Il savait qu'il «avait besoin d'un miracle»
Actualisé

Fraudeur - UBSIl savait qu'il «avait besoin d'un miracle»

Kweku A, l'homme qui aurait fait perdre deux milliards à UBS, savait qu'il était dans le pétrin comme en témoigne son dernier message laissé sur Facebook.

par
cga

Le trader soupçonné d'être l'auteur de la fraude qui pourrait faire perdre deux milliards de dollars à UBS, avait fait une carrière rapide dans une des divisions de la banque suisse à Londres, où il était apparemment apprécié par ses collègues, a rapporté jeudi la presse britannique.

Son nom n'a pas été divulgué par la police, mais d'après les médias, le jeune homme de 31 ans s'appelle Kweku A. et sa famille est d'origine ghanéenne. Il a été arrêté à son bureau, dans le centre de Londres, à 03H30 jeudi et emprisonné.

L'homme se savait dans le pétrin. Ainsi, mardi il avait posté un message explicite sur sa page Facebook, laissant entendre une situation délicate: «Besoin d'un miracle», révèle «The Sun».

Selon le tabloïd anglais, ce fêtard a compris que les choses allaient mal tourner pour lui lorsque la Banque nationale suisse est intervenue pour abaisser la valeur du franc.

Louise Cooper, analyste financière à la City, remerciait ironiquement Kweku A. jeudi soir pour avoir fait «fondre les bénéfices de l'UBS plus vite que le chocolat suisse dans le soleil».

A la division banque d'investissement d'UBS

Selon son profil sur le site professionnel LinkedIn, il travaillait au département ETF («Exchange Traded Funds», montages financiers adossés à l'évolution d'un indice boursier) dans la branche actions européennes, au sein de la division banque d'investissement d'UBS.

Diplômé en informatique de l'université de Nottingham (centre de l'Angleterre), il est entré en 2006 chez UBS comme conseiller investissements stagiaire, selon le registre de la Financial Services Authority (FSA), le gendarme britannique du secteur financier.

«En pleine ascension professionnelle», aux dires de ses collègues, il était, semble-t-il, bien intégré dans son équipe.

«Il passait pour quelqu'un qui avait travaillé dur pour arriver où il était, mais qui aimait aussi faire la fête», a raconté l'un d'entre eux au «Financial Times». D'après ce journal, il travaillait pour le back-office du département du commerce, le même poste qu'occupait autrefois un certain Jérôme Kerviel...

Fils d'un fonctionnaire des Nations Unies, Kwelu A. a grandi en Israël, en Syrie et en Irak. Jusqu 'à cet été il vivaient dans un appartement loué 4000 livres par mois dans un quartier chic de Londres.

Un ancien voisin raconte au «New York Times» était qu'il était toujours «bien habillé, poli et éloquent. «Il était très gentil.»

Obsédé par les femmes

Parfois bruyant, il offrait une bouteille de champagne à ses voisins qui se plaignaient. Il se décrivait lui-même une fois comme totalement matérialiste et obsédé par les femmes. Sa petite amie de longue date serait une infirmière, selon «The Sun».

D'après un de ses anciens propriétaires, Philip Octave, il a vécu un temps dans un appartement à 1'000 livres la semaine (1'140 euros) à Shoreditch, un quartier à la mode de l'est de Londres. Et il était toujours «très élégant et très courtois».

Interrogé par l'AFP, la FSA a assuré qu'à ce stade, il s'agissait «uniquement d'une enquête policière» et que celle-ci ne faisait «que commencer».

«Nous ne pouvons faire aucun commentaire sur les prochaines étapes nous concernant», a simplement ajouté un porte-parole.

Dans un bref communiqué diffusé jeudi matin, UBS avait annoncé avoir été victime de transactions frauduleuses effectuées par un de ses traders, qui pourraient lui faire perdre deux milliards de dollars (1,5 milliard d'euros). (cga/afp)

Ton opinion