05.11.2020 à 14:07

RussieIl n’ira pas en camp pour s’être moqué de Poutine

Deux hommes avaient été arrêtés en 2018 après s’être moqués du président russe, dans l’Oural. Un des deux hommes, condamné à deux ans de colonie pénitentiaire pour «hooliganisme», a vu sa peine réduite à du sursis. L’autre avait déjà écopé de sursis.

Le président russe Vladimir Poutine (archives).

Le président russe Vladimir Poutine (archives).

KEYSTONE/AP/Alexei Druzhinin

La justice russe a réduit jeudi la peine d’un militant qui s’était moqué de Vladimir Poutine. L’homme avait déployé dans une rue de Perm (Oural) un mannequin en tenue de prisonnier et affublé d’un masque du président russe.

Alexandre Chabartchine et Danila Vassiliev avaient été arrêtés en 2018 après avoir accroché ce mannequin à un réverbère dans le centre de Perm. Sur le front du mannequin était écrit «menteur» et sur une affiche fixée à lui, «criminel de guerre». Ils avaient ensuite filmé les réactions des passants et diffusé la vidéo sur YouTube.

Le premier avait été condamné en août à deux ans de colonie pénitentiaire pour «hooliganisme» et le second à un an de prison avec sursis. Jeudi, le tribunal régional de Perm a réduit en appel la peine de M. Chabartchine à deux ans de prison avec sursis, celle de M. Vassiliev demeurant inchangée, a indiqué à l’AFP la porte-parole de l’instance judiciaire, Aliona Popova.

Après son arrestation, il avait été relâché avec interdiction de quitter le pays, puis à nouveau emprisonné en août.

L’ONG russe de défense des droits humains Memorial considérait Alexandre Chabartchine comme un «prisonnier politique» et Amnesty International (AI) avait appelé à sa libération. «Ses actes relèvent du droit à la liberté d’expression que la Russie est tenue de respecter en tant qu’Etat partie à des traités internationaux relatifs aux droits humains», a déclaré le mois dernier dans un communiqué Natalia Priloutskaïa, chercheuse sur la Russie chez AI.

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!