Lausanne: Il touchait l'argent «sale» dédaigné par Swisscom
Publié

LausanneIl touchait l'argent «sale» dédaigné par Swisscom

Un ex-cadre du géant bleu a encaissé indûment 165'000 fr. de commissions sur le dos de son employeur. Il était jugé lundi.

par
Christian Humbert

Eric* aime l'argent: cela lui a déjà valu deux condamnations pour escroquerie. Swisscom ne devait pas le savoir. L'entreprise a fait de ce quadragénaire l'un des responsables de ses magasins romands. C'est à ce titre que ce célibataire a trouvé le meilleur contrat possible avec une maison de placement d'intérimaires. «Ses prix étaient nettement inférieurs à ceux de la concurrence», a-t-il expliqué devant le Tribunal correctionnel, lundi. Pour fidéliser son client, l'agence de placement a proposé à Swisscom de lui reverser 3% sur chaque contrat signé. L'opérateur a refusé et demandé à la société de lui accorder plutôt un rabais sur les tarifs de base, ce qui n'a pas été possible. Eric, lui, ne s'est pas fait prier et a encaissé 165'000 fr. de commissions à l'insu de ses responsables. Entre 2007 et 2009, il a augmenté de 5000 fr. son salaire mensuel de 10'000 fr. «Je n'avais pas l'intention d'escroquer Swisscom qui n'en voulait pas. Le patron de l'entreprise a insisté. Je pensais que je le pouvais», s'est-il justifié.

Aujourd'hui, le géant bleu n'a plus les mêmes scrupules: il a signé lundi un accord avec Eric prévoyant qu'il lui remboursera 150'000 fr. provenant des ristournes. La procureure a requis 24 mois de prison, dont six ferme. L'avocat d'Eric a constaté, pour sa part, que «le tribunal blanchit cet argent que l'ex-régie considérait comme sale» et plaidé l'acquittement. Jugement mardi.

*prénom d'emprunt

Liens troubles avec le cirque Helvetia

Viré en 2010, Eric est aussi soupçonné d'avoir favorisé le cirque Helvetia où travaillait son compagnon. Sponsoring, achat d'éclairage, de sonorisation, de décoration et de costumes, soirées sous chapiteau: Swisscom a investi 150000 fr. dans l'aventure. Or l'opérateur assure aujourd'hui n'avoir aucune trace d'un contrat signé avec la société Helvetia. Eric conteste: «Il s'agissait d'animations en lien avec l'entreprise, bien présente dans l'enceinte du cirque. Cela a rapporté plus que cela a coûté.»

Ton opinion