Actualisé 04.03.2013 à 17:07

GenèveIl va falloir ouvrir le porte-monnaie

La rénovation des bâtiments des organisations internationales (OI) à Genève coûtera plus d'un milliard de francs sur les dix ans à venir, ont affirmé lundi le DFAE et le canton de Genève.

Le bâtiment de l'OMS fait partie de ceux à retaper.

Le bâtiment de l'OMS fait partie de ceux à retaper.

«Beaucoup de bâtiments sont dans une situation critique», a affirmé lors d'une conférence de presse l'ambassadeur de Suisse à l'ONU Alexandre Fasel.

Outre le Palais des Nations, il faut trouver un financement pour rénover les bâtiments du Bureau international du travail (BIT), de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l'Union internationale des télécommunications (UIT).

Travaux au Palais des Nations

La Suisse a débloqué 50 millions et les travaux ont démarré au Palais des Nations: remplacement de 1100 fenêtres, isolation thermique des toits, modernisation de l'éclairage et de la ventilation, pose de panneaux solaires.

Les travaux lourds ne devraient commencer qu'à la fin de la rénovation du siège de l'ONU à New York, dont le coût s'élève à deux milliards de dollars, a expliqué M. Fasel. En raison du dépassement du budget newyorkais, les Etats membres ne manifestent qu'un «enthousiasme très mesuré» pour financer un autre chantier à Genève, a relevé M. Fasel.

Si la rénovation et l'extension du siège de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) sont pratiquement achevées (coût 130 millions, dont un prêt de 60 millions et un don de la Confédération de 70 millions), la rénovation du siège du BIT est devenue urgente. Evaluée à 200 millions, elle devrait commencer en 2014.

Pas assez de réserves

«Certaines organisations n'ont pas constitué suffisamment de réserves pour leur bâtiment», a indiqué l'ambassadeur Fasel. Le conseiller d'Etat chargé de l'urbanisme François Longchamp a expliqué que des solutions sont à l'étude, comme la valorisation des terrains possédés par les organisations.

La vente de ces terrains et la construction de logements devraient permettre de trouver des fonds. Les mesures de déclassement sont liées à l'obligation d'investir dans la rénovation des OI, a souligné le conseiller d'Etat.

La valorisation de ses terrains pourrait également bénéficier à l'OMS. La construction d'un nouveau bâtiment est estimée à 120 millions et la rénovation du siège à 100 millions entre 2015 et 2018, a précisé le directeur de la Fondation des immeubles pour les OI (FIPOI) François Reinhard.

Un emploi sur dix

Construit dans les années 60, le siège de l'UIT souffre aussi de vétusté. Le budget est de 80 millions pour démolir et construire un nouveau bâtiment. La Fédération internationale de la Croix-Rouge est dans une situation similaire et cherche 50 millions pour moderniser son siège genevois à partir de 2015.

François Longchamp a souligné que les OI «font la notoriété et la prospérité de Genève avec un emploi sur dix». Notant que la Genève internationale est «un chantier permanent», Alexandre Fasel a averti que la position de Genève «n'est jamais définitivement acquise» et qu'«il faut poursuivre sans relâche l'engagement des pouvoirs publics» face à une concurrence accrue. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!