23.04.2019 à 17:29

«L'adieu à la nuit»

Il veut partir faire le jihad coûte que coûte

L'acteur vaudois Kacey Mottet Klein joue le petit-fils de Catherine Deneuve dans le dernier film d'André Téchiné, «L'Adieu à la nuit».

de
Marine Guillain

C'est le printemps. Le film d'André Téchiné s'ouvre sur des cerisiers en fleurs. Et sur Muriel (Catherine Deneuve), qui vit à la campagne et s'occupe de chevaux. Impatiente, elle attend l'arrivée de son petit-­fils Alex (le Vaudois Kacey Mottet Klein, 20 ans, révélé dans «Home» d'Ursula Meier), qui doit venir la voir avant de partir au Canada. Mais ce Canada est illusoire, puisque le jeune homme, pris d'un élan aveugle, s'apprête en fait à partir faire le jihad en ­Syrie. Lorsqu'elle le découvre, Muriel doit réagir. Mais comment?

«Tu feras quoi si je meurs?» demande Alex à sa copine Lila (Oulaya Amamra, révélée dans le fabuleux «Divines»). «Je serai fière de toi», répond-elle. Tout est dit. Rien à faire face à l'obstination insensée de ces aspirants jihadistes, face à ce terrifiant processus de déshumanisation.

Hors-compétition à la dernière Berlinale, «L'adieu à la nuit» est le huitième film qu'André Téchiné tourne avec Catherine Deneuve. Il avait dirigé Kacey Mottet Klein dans «Quand on a 17 ans». Le sujet, hyperactuel, est porteur, c'est indéniable. Mais étrangement, il ne bouleverse pas autant qu'il le devrait. Le jeu d'acteurs peine à convaincre, tandis que certains passages non aboutis laissent le spectateur sur sa faim.

La bande-annonce de «L'adieu à la nuit»:

«L'Adieu à la nuit»

D'André Téchiné. Avec Catherine Deneuve, Kacey Mottet Klein.

Sortie mercredi 24 avril 2019. ***

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!