Il veut votre attention
Actualisé

Il veut votre attention

Quand il se sait observé, l'être humain enchaîne les gaffes. Karim Slama a fait de ce constat un spectacle nommé «Karim Slama cherche un peu d'attention». A découvrir ce soir.

– Vous avez écrit le spectacle avec Frédéric Recrosio. Comment avez-vous choisi les différents sketches?

– Nous sommes partis de notre quotidien. Comment se fait-il que, lorsqu'on est tout seul, on arrive très bien à faire un parcage latéral, alors que cela devient impossible dès qu'on nous regarde? Les scènes concernent au moins 80% des gens, et chacun pourra s'y reconnaître.

– Pensez-vous remporter le Grand Prix de l'humour cette année?

– Je n'attache pas beaucoup d'importance aux concours. C'est surtout le fait de jouer devant une salle pleine et un jury international qui compte pour moi, afin de me faire remarquer.

– Dans le spectacle «Sion 2006 quand même», vous faisiez de la voltige. Prêt à recommencer?

– Oui, en janvier prochain. Il s'agira d'une performance de dix minutes, et non pas d'un spectacle complet.

– Faites-vous encore rire votre épouse?

– Elle dit qu'elle est plus drôle que moi, cela doit être vrai. Souvent, on me demande des sketches en dehors des spectacles, et j'ai trouvé une formule pour y échapper: «Je ne fais rire que quand je suis payé!»

Catherine Hurschler

Casino de Morges, 19 h

Ton opinion