Actualisé 22.12.2017 à 11:55

VaudIl violente une prostituée et tente de jouer la victime

Alors qu'il venait d'infliger divers sévices à une femme, un étudiant s'est automutilé au moment où des voisins intervenaient.

von
Christian Humbert
La relation tarifée a tourné au cauchemar pour une prostituée marocaine.

La relation tarifée a tourné au cauchemar pour une prostituée marocaine.

iStock

Nu comme un ver, un couteau planté dans l'anus: c'est la position dans laquelle la police a retrouvé un étudiant indien dans la cuisine d'un appartement de Montreux, début novembre. Sur place, les agents ont aussi découvert une prostituée marocaine.

C'est après une première relation tarifée que les choses auraient dérapé. L'étudiant l'aurait serrée au cou, emmenée de force vers le lit et l'aurait violée en l'insultant et en la frappant, selon les déclarations de la femme.

Elle a aussi raconté que le jeune homme lui avait ensuite attaché les mains et lui avait fait subir plusieurs pénétrations, y compris avec un objet, et imposé une fellation. Il l'aurait encore forcée à consommer avec lui de la cocaïne.

Frappée avec une casserole

Il l'aurait ensuite bâillonnée en enfonçant un collant dans sa bouche et l'aurait enfermée dans un grand tiroir. La prostituée aurait cependant réussi à s'en extraire et une bagarre aurait éclaté. L'étudiant aurait frappé la Marocaine avec une casserole et se serait emparé d'un couteau.

Alertés par le vacarme, des voisins ont forcé la porte de l'appartement. C'est à ce moment que le jeune homme aurait tenté d'inverser les rôles en s'automutilant, pour faire croire que c'était lui la victime de l'agression. Hospitalisé, plus en raison des effets de la drogue consommée que pour sa blessure à l'arme blanche, le jeune homme a failli mourir des suites de problèmes cardiaques.

Caution et bracelet électronique refusés

L'étudiant indien était arrivé en Suisse un mois avant les faits. Lors de son interrogatoire, il a tout contesté: selon ses déclarations, c'est la péripatéticienne qui voulait le dominer. Malgré sa promesse de déposer 108'000francs. en garantie et de rester sous surveillance en portant un bracelet électronique, la justice a jugé plus prudent de le garder en détention. Le jeune homme est notamment prévenu de viol et de lésions corporelles.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!